Recettes de cocktails, spiritueux et bars locaux

Les meilleures chaînes de salades américaines

Les meilleures chaînes de salades américaines


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

À l'heure du déjeuner, les options ennuyeuses et malsaines sont infinies. Il y a des hamburgers, des plats à emporter chinois, des pizzas, des sandwichs et bien d'autres façons de vous plonger dans le coma alimentaire via un triste déjeuner au bureau avant même d'atteindre 15 heures. Pour beaucoup d'entre nous, la salade (et la salade hachée en particulier) est la meilleure option pour le déjeuner, et heureusement, il existe de très bonnes chaînes de salades.

Les meilleures chaînes de salades américaines (diaporama)

Parfois, une salade est le moyen idéal pour préparer votre déjeuner, et les chaînes de salades ne manquent pas dans la plupart des villes. Des légumes pour la santé et le bien-être, des protéines pour vous rassasier et suffisamment de nourriture pour calmer votre faim sans vous plonger dans un coma alimentaire sont autant de bonnes raisons d'y penser. Les salades sont également personnalisables à l'infini, elles sont donc idéales pour presque tous les régimes.

De nos jours, de plus en plus de chaînes de salades hachent leurs salades, ce que nous sommes tous pour. Hacher la salade avec une mezzaluna (une lame en forme de croissant de lune avec deux poignées, basculée) permet à tous les composants de s'enrober uniformément dans la vinaigrette, créant des morceaux de la taille d'une bouchée avec un peu de chaque composant dans chaque bouchée. Certains se disputent que la salade idéale est celle dans laquelle il y a de gros morceaux de chaque composant, de sorte que vous pouvez mélanger et assortir les saveurs et les textures à chaque bouchée, mais le fait demeure qu'il y a beaucoup de gens qui ont sauté dans le train de la salade hachée, et probablement manger un chaque jour de la semaine.

Au fur et à mesure que la popularité d'acheter des salades pour le déjeuner a augmenté, le nombre d'endroits qui les proposent a augmenté à l'échelle nationale. Certains des noms les plus reconnaissables, Chop't et Saladworks, se sont répandus sur la côte est et au-delà, tandis que de nombreux autres restent les favoris régionaux. Nous avons classé certaines des chaînes les plus populaires en fonction des prix, de la variété des modules complémentaires, de la méthode de hachage, de la personnalisation et de l'écologie de la chaîne. Lisez la suite pour savoir quelle chaîne est arrivée en tête !

Reportage supplémentaire par Rosemary Pantaleo.


Les meilleures cafétérias d'Amérique

Le concept est désespérément daté. Alors dites-nous pourquoi il reste tant de bonnes cafétérias ? Cette année, nous remercions les gardiens de la flamme et les meilleurs exemples restants de la grande cafétéria américaine.

Le meilleur dîner de Thanksgiving que j'ai jamais mangé était l'année dernière à Houston, partagé avec des milliers de personnes que je n'avais jamais rencontrées auparavant, nous nous sommes tous réunis lors d'un de ces beaux après-midi que Houston apprécie pendant des mois comme novembre. C'est l'une des seules périodes de l'année où se tenir dehors dans une longue file, dans un parking, est quelque chose que vous pourriez réellement survivre.

Nous sommes venus en tant qu'étrangers, unis dans notre appréciation de l'une des grandes institutions culinaires de la ville, la cafétéria Cleburne, un établissement familial qui nourrit les Houstoniens de tous les horizons depuis des générations. Certains d'entre nous étaient là aussi pour la nostalgie, parce qu'ils ne font plus de cafétérias comme celle-ci, d'autres parce que c'était plus facile que de cuisiner nos propres dindes. Et vraiment, pourquoi rivaliser avec la dinde ici est si bonne.

Le Cleburne est un endroit facile à aimer même si vous n'êtes pas fan de faire la queue pour votre dîner, vous pourrez facilement admirer l'esprit combatif du restaurant&# x2019s&# x2014c'est un endroit qui a beaucoup souffert au cours des près de quatre-vingts ans qu'il a fait partie de l'histoire de Houston&# x2019, et semble toujours revenir plus fort. Aujourd'hui, la plus ancienne cafétéria de la ville est meilleure que jamais, servant une cuisine maison de qualité à des prix raisonnables à tout le monde et à tout le monde assez sage pour comprendre à quel point nous avons de la chance que cet endroit existe toujours. Il existe d'autres restaurants qui présenteront un plus grand défi à votre palais, mais il y en a peu qui résument aussi bien Houston, un rassemblement sans prétention de peuples du monde entier, partageant l'amour de la cuisine honnête de toute sorte. Pourquoi n'y a-t-il pas plus de restaurants comme celui-ci ?

Eh bien, il y avait. Il y a moins d'un siècle, les cafétérias étaient aussi populaires auprès des Américains que leurs descendants rapides et décontractés le sont aujourd'hui. Il y avait certainement des prédécesseurs, mais on dit que le concept est entré dans l'imagination populaire&# x2014avec tant d'autres&# x2014à l'Exposition colombienne de 1893 à Chicago, où l'entrepreneur John Kruger exploitait un restaurant inspiré par le sm&# xF6rg&# xE5sbords de Suède. Tirant son nom de la langue espagnole, la cafétéria partit pour les courses et le concept commença à se répandre au loin. Ces lieux relativement décontractés étaient présentés comme égalitaires, venez un, venez tous les établissements en fonction de trop d'endroits, bien sûr, de la couleur de votre peau.

Comme toujours, les temps ont changé, les restaurants assis sont devenus plus décontractés, tandis que les chaînes décontractées haut de gamme promettant une nourriture abordable et excitante ont commencé à proliférer. La cafétéria a commencé à disparaître un à un, ils ont commencé à disparaître. Aujourd'hui, il existe des états, voire des régions entières du pays, où les cafétérias ne se trouvent qu'à l'intérieur des écoles, ou des hôpitaux, ou, s'ils ont de la chance, dans un magasin IKEA.

Ensuite, il y a les régions du pays où la cafétéria n'a jamais vraiment baissé les bras. Bien sûr, il existe peut-être un meilleur moyen, mais dites-le aux personnes qui ne peuvent tout simplement pas arrêter, ou à leurs opérateurs qui semblent obstinément déterminés à maintenir le genre en vie, ne serait-ce que pour une génération de plus. Comme n'importe quel autre restaurant, il n'y a rien de facile à gérer une cafétéria tant de personnes ont trébuché, puis ont disparu, plus d'une opération classique a parié la ferme sur la modernisation, pour découvrir que cela ne suffit pas : doit être bon. Les fans du genre ont reçu un rappel brutal de ce fait récemment, lorsque l'une des dernières cafétérias emblématiques de la côte ouest, Clifton&# x2019s, a rouvert en grande pompe, pour échouer à nouveau quelques années plus tard. Au moment où le dernier carré Jell-O a été mis au rebut en 2018, presque personne n'a remarqué que même les fans purs et durs de l'enfance avaient cessé d'y aller bien avant, frustrés par la nourriture inférieure à la moyenne et les prix absurdes.

Chaque année, de plus en plus de cafétérias disparaissent ou commencent à glisser vers l'inévitable, mais pour chaque mauvaise nouvelle, la magie continue d'une manière ou d'une autre à éclater. Pour chaque ville qui n'a que des souvenirs, il existe des endroits, comme la Caroline du Nord, le Texas et même la Californie du Nord tournée vers l'avenir, où la cafétéria non seulement survit, mais prospère également.

En panne, bien sûr, mais pas encore complètement sorti, voici les dix meilleurs exemples restants de la grande cafétéria américaine, les gardiens de la flamme, plus quelques dizaines de finalistes que tout le monde devrait connaître. En cette période de réflexion de l'année, prenez une minute pour remercier qu'ils soient toujours là.


Les meilleures cafétérias d'Amérique

Le concept est désespérément daté. Alors dites-nous pourquoi il reste tant de bonnes cafétérias ? Cette année, nous remercions les gardiens de la flamme et les meilleurs exemples restants de la grande cafétéria américaine.

Le meilleur dîner de Thanksgiving que j'ai jamais mangé était l'année dernière à Houston, partagé avec des milliers de personnes que je n'avais jamais rencontrées auparavant, nous nous sommes tous réunis lors d'un de ces beaux après-midi que Houston apprécie pendant des mois comme novembre. C'est l'une des seules périodes de l'année où se tenir dehors dans une longue file, dans un parking, est quelque chose que vous pourriez réellement survivre.

Nous sommes venus en tant qu'étrangers, unis dans notre appréciation de l'une des grandes institutions culinaires de la ville, la cafétéria Cleburne, un établissement familial qui nourrit les Houstoniens de tous les horizons depuis des générations. Certains d'entre nous étaient là aussi pour la nostalgie, parce qu'ils ne font plus de cafétérias comme celle-ci, d'autres parce que c'était plus facile que de cuisiner nos propres dindes. Et vraiment, pourquoi rivaliser avec la dinde ici est si bonne.

Le Cleburne est un endroit facile à aimer même si vous n'êtes pas fan de faire la queue pour votre dîner, vous pourrez facilement admirer l'esprit combatif du restaurant&# x2019s&# x2014c'est un endroit qui a beaucoup souffert au cours des près de quatre-vingts ans qu'il a fait partie de l'histoire de Houston&# x2019, et semble toujours revenir plus fort. Aujourd'hui, la plus ancienne cafétéria de la ville est meilleure que jamais, servant une cuisine maison de qualité à des prix raisonnables à tout le monde et à tout le monde assez sage pour comprendre à quel point nous avons de la chance que cet endroit existe toujours. Il existe d'autres restaurants qui présenteront un plus grand défi à votre palais, mais il y en a peu qui résument aussi bien Houston, un rassemblement sans prétention de peuples du monde entier, partageant l'amour de la cuisine honnête de toute sorte. Pourquoi n'y a-t-il pas plus de restaurants comme celui-ci ?

Eh bien, il y avait. Il y a moins d'un siècle, les cafétérias étaient aussi populaires auprès des Américains que leurs descendants rapides et décontractés le sont aujourd'hui. Il y avait certainement des prédécesseurs, mais on dit que le concept est entré dans l'imagination populaire&# x2014avec tant d'autres&# x2014à l'Exposition colombienne de 1893 à Chicago, où l'entrepreneur John Kruger exploitait un restaurant inspiré par le sm&# xF6rg&# xE5sbords de Suède. Tirant son nom de la langue espagnole, la cafétéria partit pour les courses et le concept commença à se répandre au loin. Ces lieux relativement décontractés étaient présentés comme égalitaires, venez un, venez tous les établissements en fonction de trop d'endroits, bien sûr, de la couleur de votre peau.

Comme toujours, les temps ont changé, les restaurants assis sont devenus plus décontractés, tandis que les chaînes décontractées haut de gamme promettant une nourriture abordable et excitante ont commencé à proliférer. La cafétéria a commencé à disparaître un à un, ils ont commencé à disparaître. Aujourd'hui, il existe des états, voire des régions entières du pays, où les cafétérias ne se trouvent qu'à l'intérieur des écoles, ou des hôpitaux, ou, s'ils ont de la chance, dans un magasin IKEA.

Ensuite, il y a les régions du pays où la cafétéria n'a jamais vraiment baissé les bras. Bien sûr, il existe peut-être un meilleur moyen, mais dites-le aux personnes qui ne peuvent tout simplement pas arrêter, ou à leurs opérateurs qui semblent obstinément déterminés à maintenir le genre en vie, ne serait-ce que pour une génération de plus. Comme n'importe quel autre restaurant, il n'y a rien de facile à gérer une cafétéria tant de personnes ont trébuché, puis ont disparu, plus d'une opération classique a parié la ferme sur la modernisation, pour découvrir que cela ne suffit pas : doit être bon. Les fans du genre ont reçu un rappel brutal de ce fait récemment, lorsque l'une des dernières cafétérias emblématiques de la côte ouest, Clifton&# x2019s, a rouvert en grande pompe, pour échouer à nouveau quelques années plus tard. Au moment où le dernier carré Jell-O a été mis au rebut en 2018, presque personne n'a remarqué que même les fans purs et durs de l'enfance avaient cessé d'y aller bien avant, frustrés par la nourriture inférieure à la normale et les prix absurdes.

Chaque année, de plus en plus de cafétérias disparaissent ou commencent à glisser vers l'inévitable, mais pour chaque mauvaise nouvelle, la magie continue d'une manière ou d'une autre à éclater. Pour chaque ville qui n'a que des souvenirs, il existe des endroits, comme la Caroline du Nord, le Texas et même la Californie du Nord tournée vers l'avenir, où la cafétéria non seulement survit, mais prospère également.

En panne, bien sûr, mais pas encore complètement sortis, voici les dix meilleurs exemples restants de la grande cafétéria américaine, les gardiens de la flamme, plus quelques dizaines de finalistes que tout le monde devrait connaître. En cette période de réflexion de l'année, prenez une minute pour remercier qu'ils soient toujours là.


Les meilleures cafétérias d'Amérique

Le concept est désespérément daté. Alors dites-nous pourquoi il reste tant de bonnes cafétérias ? Cette année, nous remercions les gardiens de la flamme et les meilleurs exemples restants de la grande cafétéria américaine.

Le meilleur dîner de Thanksgiving que j'ai jamais mangé était l'année dernière à Houston, partagé avec des milliers de personnes que je n'avais jamais rencontrées auparavant, nous nous sommes tous réunis lors d'un de ces beaux après-midi que Houston apprécie pendant des mois comme novembre. C'est l'une des seules périodes de l'année où se tenir dehors dans une longue file, dans un parking, est quelque chose que vous pourriez réellement survivre.

Nous sommes venus en tant qu'étrangers, unis dans notre appréciation de l'une des grandes institutions culinaires de la ville, la cafétéria Cleburne, un établissement familial qui nourrit les Houstoniens de tous les horizons depuis des générations. Certains d'entre nous étaient là aussi pour la nostalgie, parce qu'ils ne font plus de cafétérias comme celle-ci, d'autres parce que c'était plus facile que de cuisiner nos propres dindes. Et vraiment, pourquoi rivaliser avec la dinde ici est si bonne.

Le Cleburne est un endroit facile à aimer même si vous n'êtes pas fan de faire la queue pour votre dîner, vous pourrez facilement admirer l'esprit combatif du restaurant&# x2019s&# x2014c'est un endroit qui a beaucoup souffert au cours des près de quatre-vingts ans qu'il a fait partie de l'histoire de Houston&# x2019, et semble toujours revenir plus fort. Aujourd'hui, la plus ancienne cafétéria de la ville est meilleure que jamais, servant une cuisine maison de qualité à des prix raisonnables à tout le monde et à tout le monde assez sage pour comprendre à quel point nous avons de la chance que cet endroit existe toujours. Il existe d'autres restaurants qui présenteront un plus grand défi à votre palais, mais il y en a peu qui résument aussi bien Houston, un rassemblement sans prétention de peuples du monde entier, partageant l'amour de la cuisine honnête de toute sorte. Pourquoi n'y a-t-il pas plus de restaurants comme celui-ci ?

Eh bien, il y avait. Il y a moins d'un siècle, les cafétérias étaient aussi populaires auprès des Américains que leurs descendants rapides et décontractés le sont aujourd'hui. Il y avait certainement des prédécesseurs, mais on dit que le concept est entré dans l'imagination populaire&# x2014avec tant d'autres&# x2014à l'Exposition colombienne de 1893 à Chicago, où l'entrepreneur John Kruger exploitait un restaurant inspiré par le sm&# xF6rg&# xE5sbords de Suède. Tirant son nom de la langue espagnole, la cafétéria partit pour les courses et le concept commença à se répandre au loin. Ces lieux relativement décontractés étaient présentés comme égalitaires, venez un, venez tous les établissements en fonction de trop d'endroits, bien sûr, de la couleur de votre peau.

Comme toujours, les temps ont changé, les restaurants assis sont devenus plus décontractés, tandis que les chaînes décontractées haut de gamme promettant une nourriture abordable et excitante ont commencé à proliférer. La cafétéria a commencé à disparaître un à un, ils ont commencé à disparaître. Aujourd'hui, il existe des états, voire des régions entières du pays, où les cafétérias ne se trouvent qu'à l'intérieur des écoles, ou des hôpitaux, ou, s'ils ont de la chance, dans un magasin IKEA.

Ensuite, il y a les régions du pays où la cafétéria n'a jamais vraiment baissé les bras. Bien sûr, il existe peut-être un meilleur moyen, mais dites-le aux personnes qui ne peuvent tout simplement pas arrêter, ou à leurs opérateurs qui semblent obstinément déterminés à maintenir le genre en vie, ne serait-ce que pour une génération de plus. Comme n'importe quel autre restaurant, il n'y a rien de facile à gérer une cafétéria tant de personnes ont trébuché, puis ont disparu, plus d'une opération classique a parié la ferme sur la modernisation, pour découvrir que cela ne suffit pas : doit être bon. Les fans du genre ont reçu un rappel brutal de ce fait récemment, lorsque l'une des dernières cafétérias emblématiques de la côte ouest, Clifton&# x2019s, a rouvert en grande pompe, pour échouer à nouveau quelques années plus tard. Au moment où le dernier carré Jell-O a été mis au rebut en 2018, presque personne n'a remarqué que même les fans purs et durs de l'enfance avaient cessé d'y aller bien avant, frustrés par la nourriture inférieure à la moyenne et les prix absurdes.

Chaque année, de plus en plus de cafétérias disparaissent ou commencent à glisser vers l'inévitable, mais pour chaque mauvaise nouvelle, la magie continue d'une manière ou d'une autre à éclater. Pour chaque ville qui n'a que des souvenirs, il existe des endroits, comme la Caroline du Nord, le Texas et même la Californie du Nord tournée vers l'avenir, où la cafétéria non seulement survit, mais prospère également.

En panne, bien sûr, mais pas encore complètement sortis, voici les dix meilleurs exemples restants de la grande cafétéria américaine, les gardiens de la flamme, plus quelques dizaines de finalistes que tout le monde devrait connaître. En cette période de réflexion de l'année, prenez une minute pour remercier qu'ils soient toujours là.


Les meilleures cafétérias d'Amérique

Le concept est désespérément daté. Alors dites-nous pourquoi il reste tant de bonnes cafétérias ? Cette année, nous remercions les gardiens de la flamme et les meilleurs exemples restants de la grande cafétéria américaine.

Le meilleur dîner de Thanksgiving que j'ai jamais mangé était l'année dernière à Houston, partagé avec des milliers de personnes que je n'avais jamais rencontrées auparavant, nous nous sommes tous réunis lors d'un de ces beaux après-midi que Houston apprécie pendant des mois comme novembre. C'est l'une des seules périodes de l'année où se tenir dehors dans une longue file, dans un parking, est quelque chose que vous pourriez réellement survivre.

Nous sommes venus en tant qu'étrangers, unis dans notre appréciation de l'une des grandes institutions culinaires de la ville, la cafétéria Cleburne, un établissement familial qui nourrit les Houstoniens de tous les horizons depuis des générations. Certains d'entre nous étaient là aussi pour la nostalgie, parce qu'ils ne font plus de cafétérias comme celle-ci, d'autres parce que c'était plus facile que de cuisiner nos propres dindes. Et vraiment, pourquoi rivaliser avec la dinde ici est si bonne.

Le Cleburne est un endroit facile à aimer même si vous n'êtes pas fan de faire la queue pour votre dîner, vous pourrez facilement admirer l'esprit combatif du restaurant&# x2019s&# x2014c'est un endroit qui a beaucoup souffert au cours des près de quatre-vingts ans qu'il a fait partie de l'histoire de Houston&# x2019, et semble toujours revenir plus fort. Aujourd'hui, la plus ancienne cafétéria de la ville est meilleure que jamais, servant une cuisine maison de qualité à des prix raisonnables à tout le monde et à tout le monde assez sage pour comprendre à quel point nous avons de la chance que cet endroit existe toujours. Il existe d'autres restaurants qui présenteront un plus grand défi à votre palais, mais il y en a peu qui résument aussi bien Houston, un rassemblement sans prétention de peuples du monde entier, partageant l'amour de la cuisine honnête de toute sorte. Pourquoi n'y a-t-il pas plus de restaurants comme celui-ci ?

Eh bien, il y avait. Il y a moins d'un siècle, les cafétérias étaient aussi populaires auprès des Américains que leurs descendants rapides et décontractés le sont aujourd'hui. Il y avait certainement des prédécesseurs, mais on dit que le concept est entré dans l'imagination populaire&# x2014avec tant d'autres&# x2014à l'Exposition colombienne de 1893 à Chicago, où l'entrepreneur John Kruger exploitait un restaurant inspiré par le sm&# xF6rg&# xE5sbords de Suède. Tirant son nom de la langue espagnole, la cafétéria partit pour les courses et le concept commença à se répandre au loin. Ces lieux relativement décontractés étaient présentés comme égalitaires, venez un, venez tous les établissements en fonction de trop d'endroits, bien sûr, de la couleur de votre peau.

Comme toujours, les temps ont changé, les restaurants assis sont devenus plus décontractés, tandis que les chaînes décontractées haut de gamme promettant une nourriture abordable et excitante ont commencé à proliférer. La cafétéria a commencé à disparaître un à un, ils ont commencé à disparaître. Aujourd'hui, il existe des états, voire des régions entières du pays, où les cafétérias ne se trouvent qu'à l'intérieur des écoles, ou des hôpitaux, ou, s'ils ont de la chance, dans un magasin IKEA.

Ensuite, il y a les régions du pays où la cafétéria n'a jamais vraiment baissé les bras. Bien sûr, il existe peut-être un meilleur moyen, mais dites-le aux personnes qui ne peuvent tout simplement pas arrêter, ou à leurs opérateurs qui semblent obstinément déterminés à maintenir le genre en vie, ne serait-ce que pour une génération de plus. Comme n'importe quel autre restaurant, il n'y a rien de facile à gérer une cafétéria tant de personnes ont trébuché, puis ont disparu, plus d'une opération classique a parié la ferme sur la modernisation, pour découvrir que cela ne suffit pas : doit être bon. Les fans du genre ont reçu un rappel brutal de ce fait récemment, lorsque l'une des dernières cafétérias emblématiques de la côte ouest, Clifton&# x2019s, a rouvert en grande pompe, pour échouer à nouveau quelques années plus tard. Au moment où le dernier carré Jell-O a été mis au rebut en 2018, presque personne n'a remarqué que même les fans purs et durs de l'enfance avaient cessé d'y aller bien avant, frustrés par la nourriture inférieure à la normale et les prix absurdes.

Chaque année, de plus en plus de cafétérias disparaissent ou commencent à glisser vers l'inévitable, mais pour chaque mauvaise nouvelle, la magie continue d'une manière ou d'une autre à éclater. Pour chaque ville qui n'a que des souvenirs, il existe des endroits, comme la Caroline du Nord, le Texas et même la Californie du Nord tournée vers l'avenir, où la cafétéria non seulement survit, mais prospère également.

En panne, bien sûr, mais pas encore complètement sortis, voici les dix meilleurs exemples restants de la grande cafétéria américaine, les gardiens de la flamme, plus quelques dizaines de finalistes que tout le monde devrait connaître. En cette période de réflexion de l'année, prenez une minute pour remercier qu'ils soient toujours là.


Les meilleures cafétérias d'Amérique

Le concept est désespérément daté. Alors dites-nous pourquoi il reste tant de bonnes cafétérias ? Cette année, nous remercions les gardiens de la flamme et les meilleurs exemples restants de la grande cafétéria américaine.

Le meilleur dîner de Thanksgiving que j'ai jamais mangé était l'année dernière à Houston, partagé avec des milliers de personnes que je n'avais jamais rencontrées auparavant, nous nous sommes tous réunis lors d'un de ces beaux après-midi que Houston apprécie pendant des mois comme novembre. C'est l'une des seules périodes de l'année où se tenir dehors dans une longue file, dans un parking, est quelque chose que vous pourriez réellement survivre.

Nous sommes venus en tant qu'étrangers, unis dans notre appréciation de l'une des grandes institutions culinaires de la ville, la cafétéria Cleburne, un établissement familial qui nourrit les Houstoniens de tous les horizons depuis des générations. Certains d'entre nous étaient là aussi pour la nostalgie, parce qu'ils ne font plus de cafétérias comme celle-ci, d'autres parce que c'était plus facile que de cuisiner nos propres dindes. Et vraiment, pourquoi rivaliser avec la dinde ici est si bonne.

Le Cleburne est un endroit facile à aimer même si vous n'êtes pas fan de faire la queue pour votre dîner, vous pourrez facilement admirer l'esprit combatif du restaurant&# x2019s&# x2014c'est un endroit qui a beaucoup souffert au cours des près de quatre-vingts ans qu'il a fait partie de l'histoire de Houston&# x2019, et semble toujours revenir plus fort. Aujourd'hui, la plus ancienne cafétéria de la ville est meilleure que jamais, servant une cuisine maison de qualité à des prix raisonnables à tout le monde et à tout le monde assez sage pour comprendre à quel point nous avons de la chance que cet endroit existe toujours. Il existe d'autres restaurants qui présenteront un plus grand défi à votre palais, mais il y en a peu qui résument aussi bien Houston, un rassemblement sans prétention de peuples du monde entier, partageant l'amour de la cuisine honnête de toute sorte. Pourquoi n'y a-t-il pas plus de restaurants comme celui-ci ?

Eh bien, il y avait. Il y a moins d'un siècle, les cafétérias étaient aussi populaires auprès des Américains que leurs descendants rapides et décontractés le sont aujourd'hui. Il y avait certainement des prédécesseurs, mais on dit que le concept est entré dans l'imagination populaire&# x2014avec tant d'autres&# x2014à l'Exposition colombienne de 1893 à Chicago, où l'entrepreneur John Kruger exploitait un restaurant inspiré par le sm&# xF6rg&# xE5sbords de Suède. Tirant son nom de la langue espagnole, la cafétéria partit pour les courses et le concept commença à se répandre au loin. Ces lieux relativement décontractés étaient présentés comme égalitaires, venez un, venez tous les établissements en fonction de trop d'endroits, bien sûr, de la couleur de votre peau.

Comme toujours, les temps ont changé, les restaurants assis sont devenus plus décontractés, tandis que les chaînes décontractées haut de gamme promettant une nourriture abordable et excitante ont commencé à proliférer. La cafétéria a commencé à disparaître un à un, ils ont commencé à disparaître. Aujourd'hui, il existe des états, voire des régions entières du pays, où les cafétérias ne se trouvent qu'à l'intérieur des écoles, ou des hôpitaux, ou, s'ils ont de la chance, dans un magasin IKEA.

Ensuite, il y a les régions du pays où la cafétéria n'a jamais vraiment baissé les bras. Bien sûr, il existe peut-être un meilleur moyen, mais dites-le aux personnes qui ne peuvent tout simplement pas arrêter, ou à leurs opérateurs qui semblent obstinément déterminés à maintenir le genre en vie, ne serait-ce que pour une génération de plus. Comme n'importe quel autre restaurant, il n'y a rien de facile à gérer une cafétéria tant de personnes ont trébuché, puis ont disparu, plus d'une opération classique a parié la ferme sur la modernisation, pour découvrir que cela ne suffit pas : doit être bon. Les fans du genre ont reçu un rappel brutal de ce fait récemment, lorsque l'une des dernières cafétérias emblématiques de la côte ouest, Clifton&# x2019s, a rouvert en grande pompe, pour échouer à nouveau quelques années plus tard. Au moment où le dernier carré Jell-O a été mis au rebut en 2018, presque personne n'a remarqué que même les fans purs et durs de l'enfance avaient cessé d'y aller bien avant, frustrés par la nourriture inférieure à la moyenne et les prix absurdes.

Chaque année, de plus en plus de cafétérias disparaissent ou commencent à glisser vers l'inévitable, mais pour chaque mauvaise nouvelle, la magie continue d'une manière ou d'une autre à éclater. Pour chaque ville qui n'a que des souvenirs, il existe des endroits, comme la Caroline du Nord, le Texas et même la Californie du Nord tournée vers l'avenir, où la cafétéria non seulement survit, mais prospère également.

En panne, bien sûr, mais pas encore complètement sortis, voici les dix meilleurs exemples restants de la grande cafétéria américaine, les gardiens de la flamme, plus quelques dizaines de finalistes que tout le monde devrait connaître. En cette période de réflexion de l'année, prenez une minute pour remercier qu'ils soient toujours là.


Les meilleures cafétérias d'Amérique

Le concept est désespérément daté. Alors dites-nous pourquoi il reste tant de bonnes cafétérias ? Cette année, nous remercions les gardiens de la flamme et les meilleurs exemples restants de la grande cafétéria américaine.

Le meilleur dîner de Thanksgiving que j'ai jamais mangé était l'année dernière à Houston, partagé avec des milliers de personnes que je n'avais jamais rencontrées auparavant, nous nous sommes tous réunis lors d'un de ces beaux après-midi que Houston apprécie pendant des mois comme novembre. C'est l'une des seules périodes de l'année où se tenir dehors dans une longue file, dans un parking, est quelque chose que vous pourriez réellement survivre.

Nous sommes venus en tant qu'étrangers, unis dans notre appréciation de l'une des grandes institutions culinaires de la ville, la cafétéria Cleburne, un établissement familial qui nourrit les Houstoniens de tous les horizons depuis des générations. Certains d'entre nous étaient là aussi pour la nostalgie, parce qu'ils ne font plus de cafétérias comme celle-ci, d'autres parce que c'était plus facile que de cuisiner nos propres dindes. Et vraiment, pourquoi rivaliser avec la dinde ici est si bonne.

Le Cleburne est un endroit facile à aimer même si vous n'êtes pas fan de faire la queue pour votre dîner, vous pourrez facilement admirer l'esprit combatif du restaurant&# x2019s&# x2014c'est un endroit qui a beaucoup souffert au cours des près de quatre-vingts ans qu'il a fait partie de l'histoire de Houston&# x2019, et semble toujours revenir plus fort. Aujourd'hui, la plus ancienne cafétéria de la ville est meilleure que jamais, servant une cuisine maison de qualité à des prix raisonnables à tout le monde et à tout le monde assez sage pour comprendre à quel point nous avons de la chance que cet endroit existe toujours. Il existe d'autres restaurants qui présenteront un plus grand défi à votre palais, mais il y en a peu qui résument aussi bien Houston, un rassemblement sans prétention de peuples du monde entier, partageant l'amour de la cuisine honnête de toute sorte. Pourquoi n'y a-t-il pas plus de restaurants comme celui-ci ?

Eh bien, il y en avait. Il y a moins d'un siècle, les cafétérias étaient aussi populaires auprès des Américains que leurs descendants rapides et décontractés le sont aujourd'hui. Il y avait certainement des prédécesseurs, mais on dit que le concept est entré dans l'imagination populaire&# x2014avec tant d'autres&# x2014à l'Exposition colombienne de 1893 à Chicago, où l'entrepreneur John Kruger exploitait un restaurant inspiré par le sm&# xF6rg&# xE5sbords de Suède. Tirant son nom de la langue espagnole, la cafétéria partit pour les courses et le concept commença à se répandre au loin. Ces lieux relativement décontractés étaient présentés comme égalitaires, venez un, venez tous les établissements en fonction de trop d'endroits, bien sûr, de la couleur de votre peau.

Comme toujours, les temps ont changé, les restaurants assis sont devenus plus décontractés, tandis que les chaînes décontractées haut de gamme promettant une nourriture abordable et excitante ont commencé à proliférer. La cafétéria a commencé à disparaître un à un, ils ont commencé à disparaître. Aujourd'hui, il existe des états, voire des régions entières du pays, où les cafétérias ne se trouvent qu'à l'intérieur des écoles, ou des hôpitaux, ou, s'ils ont de la chance, dans un magasin IKEA.

Ensuite, il y a les régions du pays où la cafétéria n'a jamais vraiment baissé les bras. Bien sûr, il existe peut-être un meilleur moyen, mais dites-le aux personnes qui ne peuvent tout simplement pas arrêter, ou à leurs opérateurs qui semblent obstinément déterminés à maintenir le genre en vie, ne serait-ce que pour une génération de plus. Comme n'importe quel autre restaurant, il n'y a rien de facile à gérer une cafétéria tant de personnes ont trébuché, puis ont disparu, plus d'une opération classique a parié la ferme sur la modernisation, pour découvrir que cela ne suffit pas : doit être bon. Les fans du genre ont reçu un rappel brutal de ce fait récemment, lorsque l'une des dernières cafétérias emblématiques de la côte ouest, Clifton&# x2019s, a rouvert en grande pompe, pour échouer à nouveau quelques années plus tard. Au moment où le dernier carré Jell-O a été mis au rebut en 2018, presque personne n'a remarqué que même les fans purs et durs de l'enfance avaient cessé d'y aller bien avant, frustrés par la nourriture inférieure à la moyenne et les prix absurdes.

Chaque année, de plus en plus de cafétérias disparaissent ou commencent à glisser vers l'inévitable, mais pour chaque mauvaise nouvelle, la magie continue d'une manière ou d'une autre à éclater. Pour chaque ville qui n'a que des souvenirs, il existe des endroits, comme la Caroline du Nord, le Texas et même la Californie du Nord tournée vers l'avenir, où la cafétéria non seulement survit, mais prospère également.

En panne, bien sûr, mais pas encore complètement sorti, voici les dix meilleurs exemples restants de la grande cafétéria américaine, les gardiens de la flamme, plus quelques dizaines de finalistes que tout le monde devrait connaître. En cette période de réflexion de l'année, prenez une minute pour remercier qu'ils soient toujours là.


Les meilleures cafétérias d'Amérique

The concept is hopelessly dated. So tell us, then, why are there so many good cafeterias left? This year, we&rsquore giving thanks for the keepers of the flame&mdashthe best remaining examples of the great American cafeteria.

The best Thanksgiving dinner I ever ate was last year in Houston, shared with thousands of people I&aposd never met before, all of us gathered together on one of those beautiful afternoons that Houston enjoys during months like November. It&aposs one of the only times of year where standing outside in a long line, in a parking lot, is something you might actually survive.

We came as strangers, united in our appreciation of one of the city’s great dining institutions, the Cleburne Cafeteria, a family-owned establishment that has been feeding Houstonians from all walks of life for generations. Some of us were here for the nostalgia, too, because they just don’t make cafeterias like this anymore, others because it was easier than cooking our own turkeys. And really, why compete—the turkey here is just that good.

The Cleburne is an easy place to love even if you are not a fan of standing in line for your dinner, you will easily admire the restaurant’s fighting spirit—this is a place that has endured a great deal in the nearly eighty years it has been a part of Houston’s story, and always seems to come back stronger. Today, the city’s oldest cafeteria is better than ever, serving up quality home cooking at reasonable prices to anybody and everybody wise enough to understand just how lucky we are that this place still exists. There are other restaurants that will present a greater challenge to your palate, but there are few that sum up Houston quite so neatly𠅊n unpretentious coming together of peoples from all over the world, sharing a love of honest cooking of any kind. Why aren’t there more restaurants like this?

Well, there were. Less than a century ago, cafeterias were as popular with Americans as their fast-casual descendants are today. There were certainly predecessors, but the concept is said to have entered the popular imagination𠅊long with so much else𠅊t the ground-breaking 1893 Columbian Exposition in Chicago, where entrepreneur John Kruger operated a restaurant inspired by the smörgåsbords of Sweden. Cribbing its name from the Spanish language, the cafeteria was off to the races, and the concept began to spread far and wide. These relatively laid-back venues were touted as egalitarian, come one, come all establishments�pending in too many places, of course, on the color of your skin.

As ever, times changed sit-down restaurants became more casual, while upscale casual chains promising affordable, exciting food, began to proliferate. The cafeteria began to fade from view one by one, they started to disappear. Today, there are states, even entire regions of the country, where cafeterias are found only inside schools, or hospitals, or—if they’re lucky𠅊n IKEA store.

Then, there are the parts of the country where the cafeteria never really gave up. Sure, there might be a better way, but tell that to the people that just can’t quit going, or to their operators who seem doggedly determined to keep the genre alive, if only for one more generation. Just like any other restaurant, there’s nothing easy about running a cafeteria so many have stumbled, and then disappeared—more than one classic operation has bet the farm on modernization, only to discover that it’s not enough: you’ve also got to be good. Fans of the genre received a harsh reminder of this fact recently, when one of the last iconic cafeterias on the West Coast, Clifton’s, re-opened to great fanfare, only to fail again a few years later. By the time the last Jell-O square was discarded off the line in 2018, barely anyone noticed𠅎ven diehard fans from childhood had stopped going long before, frustrated by sub-par food and nonsensical pricing.

Each year, more cafeterias disappear, or begin their slide towards the inevitable, but for every bit of bad news, magic somehow continues to break out. For every city left with nothing but memories, there are places, like North Carolina, Texas, and even future-minded Northern California, where the cafeteria is not only surviving, but also thriving.

Down, sure, but not yet completely out—here are the ten best remaining examples of the great American cafeteria, the keepers of the flame, plus a couple dozen runners-up that everyone should know about. At this reflective time of year, take a minute to give thanks that they’re still here.


The Best Cafeterias in America

The concept is hopelessly dated. So tell us, then, why are there so many good cafeterias left? This year, we&rsquore giving thanks for the keepers of the flame&mdashthe best remaining examples of the great American cafeteria.

The best Thanksgiving dinner I ever ate was last year in Houston, shared with thousands of people I&aposd never met before, all of us gathered together on one of those beautiful afternoons that Houston enjoys during months like November. It&aposs one of the only times of year where standing outside in a long line, in a parking lot, is something you might actually survive.

We came as strangers, united in our appreciation of one of the city’s great dining institutions, the Cleburne Cafeteria, a family-owned establishment that has been feeding Houstonians from all walks of life for generations. Some of us were here for the nostalgia, too, because they just don’t make cafeterias like this anymore, others because it was easier than cooking our own turkeys. And really, why compete—the turkey here is just that good.

The Cleburne is an easy place to love even if you are not a fan of standing in line for your dinner, you will easily admire the restaurant’s fighting spirit—this is a place that has endured a great deal in the nearly eighty years it has been a part of Houston’s story, and always seems to come back stronger. Today, the city’s oldest cafeteria is better than ever, serving up quality home cooking at reasonable prices to anybody and everybody wise enough to understand just how lucky we are that this place still exists. There are other restaurants that will present a greater challenge to your palate, but there are few that sum up Houston quite so neatly𠅊n unpretentious coming together of peoples from all over the world, sharing a love of honest cooking of any kind. Why aren’t there more restaurants like this?

Well, there were. Less than a century ago, cafeterias were as popular with Americans as their fast-casual descendants are today. There were certainly predecessors, but the concept is said to have entered the popular imagination𠅊long with so much else𠅊t the ground-breaking 1893 Columbian Exposition in Chicago, where entrepreneur John Kruger operated a restaurant inspired by the smörgåsbords of Sweden. Cribbing its name from the Spanish language, the cafeteria was off to the races, and the concept began to spread far and wide. These relatively laid-back venues were touted as egalitarian, come one, come all establishments�pending in too many places, of course, on the color of your skin.

As ever, times changed sit-down restaurants became more casual, while upscale casual chains promising affordable, exciting food, began to proliferate. The cafeteria began to fade from view one by one, they started to disappear. Today, there are states, even entire regions of the country, where cafeterias are found only inside schools, or hospitals, or—if they’re lucky𠅊n IKEA store.

Then, there are the parts of the country where the cafeteria never really gave up. Sure, there might be a better way, but tell that to the people that just can’t quit going, or to their operators who seem doggedly determined to keep the genre alive, if only for one more generation. Just like any other restaurant, there’s nothing easy about running a cafeteria so many have stumbled, and then disappeared—more than one classic operation has bet the farm on modernization, only to discover that it’s not enough: you’ve also got to be good. Fans of the genre received a harsh reminder of this fact recently, when one of the last iconic cafeterias on the West Coast, Clifton’s, re-opened to great fanfare, only to fail again a few years later. By the time the last Jell-O square was discarded off the line in 2018, barely anyone noticed𠅎ven diehard fans from childhood had stopped going long before, frustrated by sub-par food and nonsensical pricing.

Each year, more cafeterias disappear, or begin their slide towards the inevitable, but for every bit of bad news, magic somehow continues to break out. For every city left with nothing but memories, there are places, like North Carolina, Texas, and even future-minded Northern California, where the cafeteria is not only surviving, but also thriving.

Down, sure, but not yet completely out—here are the ten best remaining examples of the great American cafeteria, the keepers of the flame, plus a couple dozen runners-up that everyone should know about. At this reflective time of year, take a minute to give thanks that they’re still here.


The Best Cafeterias in America

The concept is hopelessly dated. So tell us, then, why are there so many good cafeterias left? This year, we&rsquore giving thanks for the keepers of the flame&mdashthe best remaining examples of the great American cafeteria.

The best Thanksgiving dinner I ever ate was last year in Houston, shared with thousands of people I&aposd never met before, all of us gathered together on one of those beautiful afternoons that Houston enjoys during months like November. It&aposs one of the only times of year where standing outside in a long line, in a parking lot, is something you might actually survive.

We came as strangers, united in our appreciation of one of the city’s great dining institutions, the Cleburne Cafeteria, a family-owned establishment that has been feeding Houstonians from all walks of life for generations. Some of us were here for the nostalgia, too, because they just don’t make cafeterias like this anymore, others because it was easier than cooking our own turkeys. And really, why compete—the turkey here is just that good.

The Cleburne is an easy place to love even if you are not a fan of standing in line for your dinner, you will easily admire the restaurant’s fighting spirit—this is a place that has endured a great deal in the nearly eighty years it has been a part of Houston’s story, and always seems to come back stronger. Today, the city’s oldest cafeteria is better than ever, serving up quality home cooking at reasonable prices to anybody and everybody wise enough to understand just how lucky we are that this place still exists. There are other restaurants that will present a greater challenge to your palate, but there are few that sum up Houston quite so neatly𠅊n unpretentious coming together of peoples from all over the world, sharing a love of honest cooking of any kind. Why aren’t there more restaurants like this?

Well, there were. Less than a century ago, cafeterias were as popular with Americans as their fast-casual descendants are today. There were certainly predecessors, but the concept is said to have entered the popular imagination𠅊long with so much else𠅊t the ground-breaking 1893 Columbian Exposition in Chicago, where entrepreneur John Kruger operated a restaurant inspired by the smörgåsbords of Sweden. Cribbing its name from the Spanish language, the cafeteria was off to the races, and the concept began to spread far and wide. These relatively laid-back venues were touted as egalitarian, come one, come all establishments�pending in too many places, of course, on the color of your skin.

As ever, times changed sit-down restaurants became more casual, while upscale casual chains promising affordable, exciting food, began to proliferate. The cafeteria began to fade from view one by one, they started to disappear. Today, there are states, even entire regions of the country, where cafeterias are found only inside schools, or hospitals, or—if they’re lucky𠅊n IKEA store.

Then, there are the parts of the country where the cafeteria never really gave up. Sure, there might be a better way, but tell that to the people that just can’t quit going, or to their operators who seem doggedly determined to keep the genre alive, if only for one more generation. Just like any other restaurant, there’s nothing easy about running a cafeteria so many have stumbled, and then disappeared—more than one classic operation has bet the farm on modernization, only to discover that it’s not enough: you’ve also got to be good. Fans of the genre received a harsh reminder of this fact recently, when one of the last iconic cafeterias on the West Coast, Clifton’s, re-opened to great fanfare, only to fail again a few years later. By the time the last Jell-O square was discarded off the line in 2018, barely anyone noticed𠅎ven diehard fans from childhood had stopped going long before, frustrated by sub-par food and nonsensical pricing.

Each year, more cafeterias disappear, or begin their slide towards the inevitable, but for every bit of bad news, magic somehow continues to break out. For every city left with nothing but memories, there are places, like North Carolina, Texas, and even future-minded Northern California, where the cafeteria is not only surviving, but also thriving.

Down, sure, but not yet completely out—here are the ten best remaining examples of the great American cafeteria, the keepers of the flame, plus a couple dozen runners-up that everyone should know about. At this reflective time of year, take a minute to give thanks that they’re still here.


The Best Cafeterias in America

The concept is hopelessly dated. So tell us, then, why are there so many good cafeterias left? This year, we&rsquore giving thanks for the keepers of the flame&mdashthe best remaining examples of the great American cafeteria.

The best Thanksgiving dinner I ever ate was last year in Houston, shared with thousands of people I&aposd never met before, all of us gathered together on one of those beautiful afternoons that Houston enjoys during months like November. It&aposs one of the only times of year where standing outside in a long line, in a parking lot, is something you might actually survive.

We came as strangers, united in our appreciation of one of the city’s great dining institutions, the Cleburne Cafeteria, a family-owned establishment that has been feeding Houstonians from all walks of life for generations. Some of us were here for the nostalgia, too, because they just don’t make cafeterias like this anymore, others because it was easier than cooking our own turkeys. And really, why compete—the turkey here is just that good.

The Cleburne is an easy place to love even if you are not a fan of standing in line for your dinner, you will easily admire the restaurant’s fighting spirit—this is a place that has endured a great deal in the nearly eighty years it has been a part of Houston’s story, and always seems to come back stronger. Today, the city’s oldest cafeteria is better than ever, serving up quality home cooking at reasonable prices to anybody and everybody wise enough to understand just how lucky we are that this place still exists. There are other restaurants that will present a greater challenge to your palate, but there are few that sum up Houston quite so neatly𠅊n unpretentious coming together of peoples from all over the world, sharing a love of honest cooking of any kind. Why aren’t there more restaurants like this?

Well, there were. Less than a century ago, cafeterias were as popular with Americans as their fast-casual descendants are today. There were certainly predecessors, but the concept is said to have entered the popular imagination𠅊long with so much else𠅊t the ground-breaking 1893 Columbian Exposition in Chicago, where entrepreneur John Kruger operated a restaurant inspired by the smörgåsbords of Sweden. Cribbing its name from the Spanish language, the cafeteria was off to the races, and the concept began to spread far and wide. These relatively laid-back venues were touted as egalitarian, come one, come all establishments�pending in too many places, of course, on the color of your skin.

As ever, times changed sit-down restaurants became more casual, while upscale casual chains promising affordable, exciting food, began to proliferate. The cafeteria began to fade from view one by one, they started to disappear. Today, there are states, even entire regions of the country, where cafeterias are found only inside schools, or hospitals, or—if they’re lucky𠅊n IKEA store.

Then, there are the parts of the country where the cafeteria never really gave up. Sure, there might be a better way, but tell that to the people that just can’t quit going, or to their operators who seem doggedly determined to keep the genre alive, if only for one more generation. Just like any other restaurant, there’s nothing easy about running a cafeteria so many have stumbled, and then disappeared—more than one classic operation has bet the farm on modernization, only to discover that it’s not enough: you’ve also got to be good. Fans of the genre received a harsh reminder of this fact recently, when one of the last iconic cafeterias on the West Coast, Clifton’s, re-opened to great fanfare, only to fail again a few years later. By the time the last Jell-O square was discarded off the line in 2018, barely anyone noticed𠅎ven diehard fans from childhood had stopped going long before, frustrated by sub-par food and nonsensical pricing.

Each year, more cafeterias disappear, or begin their slide towards the inevitable, but for every bit of bad news, magic somehow continues to break out. For every city left with nothing but memories, there are places, like North Carolina, Texas, and even future-minded Northern California, where the cafeteria is not only surviving, but also thriving.

Down, sure, but not yet completely out—here are the ten best remaining examples of the great American cafeteria, the keepers of the flame, plus a couple dozen runners-up that everyone should know about. At this reflective time of year, take a minute to give thanks that they’re still here.