Recettes de cocktails, spiritueux et bars locaux

Le grenache est-il le nouveau pinot noir ?

Le grenache est-il le nouveau pinot noir ?



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le recul est bien sûr de 20/20, et en regardant en arrière la montée en popularité que le pinot noir a connue au cours de la dernière décennie, on peut voir certains des facteurs qui ont contribué à l'augmentation de la fortune des raisins. Bien sûr, nous attribuons tous un impact considérable au film Sideways, qui a glamourisé le Pinot Noir comme aucun autre cépage auparavant. Ajoutez à cela la prise de conscience populaire croissante du soi-disant paradoxe français et la passion de l'industrie du vin avec le Pinot Noir et vous avez toutes les pièces en place, sauf une : le consommateur.

Maintenant, voici la chose amusante. Si vous demandez aux consommateurs ce qu'ils aiment à propos du pinot, ils vous diront certaines choses. Les vins sont fruités, ils sont aussi doux et faciles à boire, ou du moins ont tendance à être dans les incarnations les plus populaires. Le plus drôle ici, c'est que ce style, aussi rentable soit-il, n'est pas ce qui anime la passion des vignerons depuis des décennies. Non, il y a très peu de vignerons qui rêvent de produire un Pinot fruité et facile à boire à partir de fruits cultivés sur les plaines d'une appellation d'eau douce. L'industrie veut faire de l'art, le grand public veut boire quelque chose d'amusant. Pourquoi soulever cette question ? Eh bien, je pense que cela peut très bien être le pivot qui sépare tout le train du Pinot Noir.

Avec la déconnexion entre producteurs et consommateurs inhérente au Pinot Noir, il faut penser combien de temps la vague du Pinot peut continuer à croître. En fait, je dirais que nous avons probablement atteint un sommet, à la fois en bas et en haut du marché. Trop bon marché et merdique de pinot noir est maintenant produit dans des régions de culture marginales, et trop cher et merdique de pinot noir est produit dans ce que nous avons été amenés à croire être les plus grandes appellations pour la variété, comme par exemple dans cette Sonoma insignifiante Appellation côtière qui s'étend sur plus d'un demi-million d'acres. En bref, je crois que nous avons déjà planté beaucoup plus d'acres de pinot qu'il n'y a de grands acres de terres plantables. Ce n'est pas une situation rare. Il suffit de regarder le Cabernet, qui est planté à peu près partout où il pousse et produit des vins décents dans de nombreux endroits, mais de grands vins dans quelques-uns. Nous savons tous, car les connaisseurs nous l'ont répété à maintes reprises, que le pinot est un cépage encore plus garce, volage et moins apte à s'adapter à un terroir qui sort de sa zone de confort.

Donc là, nous l'avons. Nous valorisons davantage le style de consommation léger, fruité et à faible teneur en tanins du Pinot Noir que les consommateurs recherchent et que les vignerons ne recherchent pas parce que le marché l'exige. Le marché l'exige dans une certaine mesure parce que l'industrie a glorifié le Pinot Noir, l'un des cépages vraiment nobles du monde qui est vénéré au sein de l'industrie. Bien sûr, les deux styles ont très peu en commun, le style commercial du vin et les efforts des Grands Crus, alors pourquoi ne pas nous battre pour un changement. Je vais commencer. J'ai été assez bruyant au fil des ans sur mon aversion générale, bien que l'aversion soit peut-être un terme trop fort, pour le grenache. C'est un cépage qui m'apporte très peu, mais c'est aussi un cépage qui peut produire de gros volumes de vin fruité, peu tannique, facile à boire. Je bois une bonne quantité de ce style de vin, bien que dérivé de Barbera, Dolcetto et Sangiovese par opposition au Grenache. C'est bon pour moi et mon palais mais aujourd'hui je suis venu prendre position pour le Grenache !

Vous voyez, il m'a fallu un certain temps, environ 30 ans seulement, pour comprendre le concept d'appréciation du vin. Très peu de gens se soucient de choses comme le terroir, la typicité, etc. la plupart des gens veulent juste que leur vin ait bon goût. Le Pinot Noir est pratiquement construit sur la typicité et le terroir, ce qui, comme je l'ai suggéré. peut-être contribué à y ajouter une certaine mystique attrayante. Cela aide également à expliquer pourquoi les gens peuvent ne pas aimer un pinot spécifique, pas que ce soit vrai ou faux, bien que ce soit plus faux que juste. Avouons-le, les gens veulent ce que les gens veulent, et nous, dans l'industrie, déployons énormément d'efforts pour les convaincre qu'un vin/une région/une marque spécifique est ce qu'ils veulent. Bien devinez quoi. Ce qu'ils veulent, c'est du Grenache, fruité, presque confit, facile à boire, du Grenache exubérant et la vérité est que probablement plus de la moitié des vignobles de Pinot en Californie sont mieux adaptés pour produire exactement ce Grenache que le Pinot !

Nous avons donc la confluence parfaite d'un marché qui réclame un style de vins qui semble taillé sur mesure pour le Grenache. Nous avons également des milliers d'hectares de vignobles en Californie, sans parler du monde entier, qui conviennent parfaitement au grenache, un cépage notoirement vigoureux qui est connu pour être un producteur prodigieux. Il ne manque plus que l'acclamation critique/industrielle ! Cela se construit sans aucun doute, mais il y a un haut degré de snobisme du vin en jeu ici, et dont je me suis moi-même rendu coupable. Il est temps d'aller au-delà, et avec l'aide de l'industrie, nous le sommes. Ma récente visite dans la région viticole de Santa Barbara a été en grande partie motivée par un intérêt pour le grenache d'une région qui a une réputation bien méritée avec la variété, et les variétés du Rhône en général. Ce que j'ai goûté m'a encore plus convaincu que le moment du Grenache viendra. Il est temps de faire savoir au public buveur de vin qu'un grand grenache est meilleur qu'un pinot de merde, et souvent au même prix !

Alors avec un œil sur le pas trop lointain Grenache Day 2013, vendredi 20 septembre, je vais ouvrir le bal avec cette poignée de critiques. J'espère que cela vous encouragera à essayer le Grenache pour la première fois, la deuxième ou la troisième. Le Grenache a vraiment tout ce dont il a besoin pour être le prochain vin Rockstar, que faudra-t-il pour le pousser sur ce bord ? J'ai également inclus des mélanges à base de Grenache ici et bien que cela puisse rendre un vin plus intéressant du point de vue du vigneron ou du geek du vin, je ne pense pas que ces mélanges aideront vraiment à élargir la base de consommateurs de Grenache. La Syrah et le Mourvèdre sont juste trop affirmés et interfèrent franchement avec l'expression de la pureté du fruit du Grenache à mon avis. Je vois l'avenir du Grenache, le succès du Grenache basé sur cette pureté et cette accessibilité. Je vois l'avenir du Grenache en tant que vin de cépage.

Cliquez ici pour en savoir plus sur le Grenache et les meilleurs vins à acheter.

Grégory Dal Piaz, Snooth


Oubliez le pinot noir : le grenache obtient enfin le respect qu'il mérite

Lorsque vous écrivez sur l'alcool pour gagner votre vie, les gens vous traitent comme un guide des vins devenu chair. Et le conseil qu'on me demande plus que tout autre est celui-ci : "Quel est le meilleur pinot noir à moins de 50 $ ?" Ma réponse est toujours la même : « Grenache ».

L'un des cépages les plus plantés au monde, le grenache est enraciné dans le sol australien depuis nos premiers jours de vinification et a été terriblement sous-estimé pendant trop d'années. Mais cela change.

C'est l'âge d'or du grenache, une époque bénie où des vignerons perspicaces et progressistes lui accordent le respect qu'il mérite.

C'est la propension de la variété pour le parfum et la souplesse juteuse qui invite à des comparaisons avec le pinot noir, mais la différence est que le grenache peut prospérer dans des endroits où le pinot perdrait tout simplement sa merde.

Dans l'Espagne ensoleillée, on l'appelle grenache et c'est la variété la plus plantée du pays. Il prospère dans le sud de la France, dans des endroits comme le Languedoc-Roussillon et la moitié inférieure de la vallée du Rhône, et est au cœur de l'une des plus grandes appellations du monde, Châteauneuf-du-Pape.

Ici en Australie, tout comme l'approvisionnement énergétique peu fiable et la capacité de prononcer correctement des mots comme "danse" et "chance", le très bon grenache est une chose particulièrement sud-australienne.

Bien qu'il existe de petites poches de grenache dans des endroits comme Heathcote à Victoria, l'écrasante majorité des plantations se trouvent dans le sol de l'Australie du Sud - et parmi celles-ci, le plus grand nombre se trouve dans les serre-livres viticoles d'Adélaïde urbaine, la Barossa Valley et McLaren Vale.

Les deux régions possèdent un nombre important de vieux vignobles de grenache, héritage des débuts du vin australien lorsque les variétés utiles à la production de vins fortifiés étaient privilégiées. Là où autrefois ces vignes produisaient de grandes récoltes de fruits très mûrs pour faire du porto, elles sont maintenant entraînées pour des rendements beaucoup plus faibles, abandonnant quelques grappes de raisins concentrés et profondément aromatisés.

Entre de bonnes mains de vigneron, ce fruit donne des vins aux parfums séduisants, aux textures vives et à la buvabilité dangereuse. Maintenant, il est temps d'esquiver l'allée du pinot et d'essayer par vous-même.

Grenache avant-gardiste 2016 (50 $)

Michael Corbett, barbu à la poitrine de tonneau, est tombé amoureux du grenache alors qu'il travaillait dans le sud de la France, et son ardeur le pousse maintenant à produire cet étourdissant multicouche, magnifiquement équilibré et légèrement épicé à partir de vieilles vignes de Blewitt Springs à McLaren Vale. A mi-parcours du premier verre, vous commencerez à comprendre d'où vient ce buzz autour du grenache. Une étoile montante.


Recette simple de Spritzer au vin rouge

Dans notre monde, les cocktails au vin sont toujours une excellente idée. Un bon cocktail au vin est léger, rafraîchissant et parfait pour toute taille de fête que vous organisez, car ils peuvent être préparés par lots. Des spritzers aux sangrias, les cocktails au vin ajoutent du plaisir et de la festivité à un dîner ou à un brunch avec peu de travail et beaucoup de joie. Mais nous sommes des drageons pour un bon spritzer au vin rouge, et nous sommes là pour vous convaincre pourquoi un spritzer au vin rouge devrait être votre boisson signature lors de votre prochain rassemblement. Préparez-vous à être convaincu par ces délicieuses concoctions pétillantes !

Les vins rouges, blancs et rosés sont-ils différents ?

Beaucoup de gens croient que le vin rouge est fabriqué à partir de raisins rouges, le vin blanc à partir de raisins blancs et la rose à partir de raisins roses. Nous allons mettre un F colossal pour faux sur cette affirmation ! Ce qui est vrai, c'est que tous les vins sont issus de raisins. La distinction fondamentale entre les trois est la façon dont ils sont créés, et en particulier pendant le processus de fermentation.

Les vins blancs sont issus de raisins blancs et même parfois noirs. Pendant le processus de création du vin, le jus est séparé des pépins et de la peau du raisin et seul le jus est utilisé pour faire du vin. Lors de la fabrication du vin rouge et même du rosé, les peaux et les pépins du raisin ne sont pas retirés comme ils le sont dans la création de vin blanc. Au lieu de cela, ils sont conservés à l'intérieur des cuves en acier inoxydable avec le jus pendant qu'ils fermentent. C'est la peau et les graines qui créent la couleur et la saveur plus riche en rouge et rose.

La différence entre le vin rouge et le rosé est la durée totale pendant laquelle le jus est passé avec les peaux et les pépins. Alors que le vin rouge passe une longue période de préparation, le jus de rose est une courte période, juste assez de temps pour obtenir sa belle coloration rose.

Existe-t-il des cocktails au vin rouge ?

Quelle question idiote ! Bien sûr, ils le font, et nous sommes là pour vous dire qu'ils sont adorables ! Nous sommes tellement fans que nous avons écrit pas mal de blogs sur ce type de cocktail ! Consultez ces blogs (après avoir lu celui-ci, bien sûr) : Cocktails au vin rouge : 3 recettes de boissons d'hiver à savourer, que mélanger avec du vin : préparer le cocktail parfait.

La vérité est qu'en matière de vin, il n'y a pas de limites : vous pouvez combiner chaque type de vin avec chaque boisson imaginable pour trouver l'équilibre parfait. Mais certaines combinaisons sont plus emblématiques que d'autres : la sangria combine du vin rouge avec des jus de fruits, du sucre et du brandy, tandis que le kalimotxo mélange du Coca-Cola et du vin rouge, ces deux cocktails devraient être ajoutés à votre liste d'incontournables !

Qu'est-ce qu'un Spritzer au vin rouge ?

Les Spritzers, comme Aperol Spritz, sont parfaits si vous avez envie d'un verre de vin et que vous voulez que ce soit une boisson satisfaisante sans vous soucier d'en faire trop. En mélangeant l'eau gazeuse, l'eau pétillante, le Sprite ou l'eau de Seltz que vous utilisez pour diluer le vin, vous pouvez personnaliser votre boisson et satisfaire vos envies. Non seulement ils ont bon goût, mais ils sont aussi amusants à préparer et moins caloriques.

Lors de la fabrication d'un spritzer à vin, qu'il s'agisse d'un spritzer au vin blanc ou d'un autre type de spritzer, il y a quelques points à garder à l'esprit. Le premier est de choisir un vin que vous aimez – il ne faut jamais utiliser de mauvais vins car, soyons honnêtes, ils ne s'amélioreront pas avec un verre de soda ou de La Croix !

Au fur et à mesure que vous commencerez à faire de plus en plus de spritzers, vous commencerez à créer vos nouvelles recettes pour répondre à vos envies et à créer votre propre vin mousseux. La seule clé d'un bon spritzer est de produire un équilibre entre le vin, les bulles et les autres ingrédients. Essentiellement, votre mission est d'empêcher les ingrédients sans alcool de voler la vedette ! Associez-le à de la bonne nourriture et préparez-vous pour une soirée amusante.

Quels vins rouges sont les plus délicieux dans les Spritzers ?

Les meilleurs vins pour les spritzers sont ceux avec beaucoup de saveurs de fruits, peu de tanin et des arômes fruités. Nous vous suggérons Porto, Gamay, Pinot Noir et Grenèche. Et une suggestion personnelle supplémentaire de notre part : évitez les sprizers prémélangés, ils ont un goût artificiel et ne sont pas délicieux à boire.

Port

Un spritzer au porto est la meilleure façon de boire du Porto et de profiter du délicieux goût du Portugal sans le poids et, bien sûr, les dents de vin rouge ! Mieux encore, il y a peu ou pas de temps de préparation lors de l'utilisation de cette incroyable recette de cocktail.

Gamay

Le Gamay Noir est un vin de spritzer facile à boire. C'est parfait pour les nuits ou les après-midi d'été - et c'est un excellent moyen d'obtenir le goût du vin rouge sans toutes les saveurs intenses. Ses notes de cerises acidulées et de fraises des bois créent une boisson légère et rafraîchissante qui se marie bien avec le fromage, le pain, le saumon, le canard rôti et la pizza.

Pinot noir

Rempli de saveurs complexes, notamment de cerise, de champignon, de framboise et de sol forestier, le pinot noir est incroyable en tant que spritzer.

Grenache

Un vin qui a une saveur incomparable de fruits confits et de cannelle, le grenache est moyennement corsé et plus riche en alcool que les autres vins rouges. Faire un spritzer avec du Grenache est un moyen facile de profiter de ses délicieuses qualités par temps plus léger et plus chaud.

Quelles sont quelques recettes faciles de Spritzer de vin ?

Vin rouge et cola

Écoutez-nous : mélanger le vin rouge et le Coca-Cola s'appelle « kalimotxo ». Dans les années 1970, cette boisson était emblématique et s'est répandue à travers les frontières de l'Espagne pour devenir l'une de ses boissons internationales les plus connues. C'est une concoction qui contient à parts égales du cola et du vin rouge avec de la glace et un filet de citron. Essentiellement, c'est une alternative facile à la sangria qui ne vous fera pas regretter sérieusement vos décisions le lendemain.

Spritzer à la grenade

Faits de tonique, de jus de grenade et d'un soupçon de jus de citron vert, les Spritzers à la grenade sont un cocktail facile qui peut être dégusté à chaque saison. Vous pouvez l'habiller pour un rassemblement de vacances ou l'habiller pour un cocktail à savourer au bord de la piscine ! Bien qu'il existe de nombreuses autres recettes pour ce cocktail, le Spritzer à la grenade est généralement du jus de grenade combiné à de la vodka et du vin rouge.

Spritzer aux baies et au vin rouge

Un spritzer aux baies de vin rouge est un cocktail rafraîchissant qui est toujours frais, calme et recueilli. Emballé avec une saveur de fraise et de myrtille, c'est le cocktail idéal lorsque vous essayez de surveiller les calories et les glucides mais que vous prenez votre boisson !


25 des meilleurs pinots noirs pour 2020

Depuis que Paul Giamatti est devenu poétique sur le pinot noir «à la peau fine et capricieux» dans le film «Sideways» de 2004, le cépage noble a vu sa popularité monter en flèche auprès des buveurs de vin. Mis à part la célébrité de la culture pop, il y a beaucoup à savoir et à aimer sur le pinot noir : le cépage capricieux et axé sur le terroir est admiré pour des qualités telles que sa couleur rouge foncé, ses notes de baies succulentes et de fumée - et, parfois, des prix prohibitifs.

Oui, parce que le Pinot Noir est difficile à cultiver, le coût d'une bonne bouteille le reflétera souvent - mais cela ne veut pas dire qu'il est impossible de trouver un Pinot de qualité et abordable. Au cours des six derniers mois, VinePair a goûté et examiné une gamme de pinots exceptionnels, dont beaucoup sont étonnamment abordables (même les folies dignes coûtent moins de 100 $).

Vous trouverez ci-dessous 25 des meilleurs pinots noirs que vous pouvez acheter dès maintenant, classés par note et prix. Tous les avis ont été rédigés par le directeur des dégustations de VinePair, Keith Beavers.

C'est le dernier tire-bouchon que vous achèterez

Long Meadow Ranch Anderson Valley Pinot Noir 2016 (A+) (39 $)

C'est un sacré pinot noir américain. Mettre votre nez dans le verre vous donnera une pause comme vous le souhaitez, qu'est-ce que c'est ?! Ça sent le cola à la cerise, la cannelle et une forêt en automne. La bouche est si douce que vous aurez envie de la mâcher. La sensation en bouche est si soyeuse et délicate que je voudrais juste me détendre au maximum avec quelques amuse-gueules et de bons amis. C'est si vous voulez même partager.

Archery Summit Winery Willamette Valley Pinot Noir 2017 (A+) (45 $)

Avant de retirer votre nez du verre, vous vous êtes évanoui, gémissez et jurez plusieurs fois. C'est un vrai pinot noir américain, voire Willamette. C'est le genre de pinot qui dit que je ne suis pas bourguignon, je suis tout de l'Oregon zut ! Avec des griottes concentrées et une touche de noix de coco, le nez est capiteux et vous attirera comme un chant de sirène. La bouche est charnue, grasse et moelleuse (vous aurez vraiment l'impression de vouloir commencer à mâcher le vin) et restera sur votre palais longtemps après la première gorgée. Ce vin n'est disponible que sur le site Web de la cave, mais si jamais vous deviez céder et faire du commerce électronique, cela vaut vraiment le prix (frais de port inclus).

Gary Farrell Hallberg Vineyard Pinot Noir 2016 (A+) (50 $)

Que faites-vous en lisant ce que je tape ? Vous devriez plutôt essayer de trouver ce vin, car c'est l'un des plus beaux vins de pinot noir d'Amérique actuellement sur le marché. Et une fois que vous l'avez acheté, préparez-vous à ne pas partager. A l'intérieur de cette bouteille il y a des arômes de cerises et de cannelle avec quelques champignons, mais ce n'est pas important. Ce qui est important, c'est que ce vin vous affectera physiquement. C'est moelleux, doux, souple et imprègne juste votre palais. Vos endorphines se déclencheront et vous vous évanouirez. Achetez-le maintenant.

Cakebread Cellars Two Creeks Vineyards Pinot Noir 2017 (A+) (51 $)

Avez-vous déjà senti une grosse pépite de cannabis dégoulinant ? Mettez votre nez dans ce verre et vous saurez ce que c'est. Je n'ai jamais senti un pinot comme ça. Sous cet arôme intense de cannabis se trouvent du café torréfié et des cerises séchées. C'est fou ! En bouche on a juste envie de mâcher le vin car il est tout charnu et visqueux. Ce vin est enivrant avant que vous ne soyez ivre.

Peter Zemmer ‘Rollhutt’ Pinot Noir 2017 (A) (19 $)

YO ! Ce vin est génial ! Allez le chercher ! C'est un style doux et élégant de ce cépage que l'on ne voit pas souvent hors de chez lui en France. Des collines des Dolomites vient ce beau vin aux arômes de cerise noire et de légères notes de café plié dans un sol frais. La sensation en bouche est un doux cumulus impressionnant en bouche. Et c'est à moins de 20 $ !

Siduri Willamette Valley Pinot Noir 2017 (A) (26 $)

Le grand pinot noir de cette région a tendance à être un peu cher, il est donc agréable d'avoir un vin comme celui-ci avec un prix un peu plus doux, et une tonne d'équilibre et de complexité. C'est comme sentir le cola à la cerise fabriqué à partir de vraies cerises dans un complexe alimentaire hipster d'un incubateur de Brooklyn assis à côté de la terre fraîchement retournée. En parlant de hipsters, il y a aussi un skosh de grains de café torréfiés. La bouche est lumineuse mais s'étend vraiment dans votre palais avec une belle et longue finale. Je veux juste ouvrir ce vin (bouchon à vis) au coucher du soleil et le partager avec de bons amis.

Gary Farrell Russian River Selection Pinot Noir 2017 (A) (39 $)

C'est comme ça que c'est fait ! Ce vin est un excellent exemple de la raison pour laquelle les fans de Russian River Pinot Noir perdent la tête en sirotant des bouteilles comme celle-ci. L'équilibre est irréprochable. Le fruit est élégant mais puissant, remplissant votre palais et votre cerveau d'arômes larges et harmonieux de cerises et de cannelle, avec une bouffée de poivre blanc et de feuilles d'automne. Et tous ces descripteurs que je viens de mentionner sont cool et tout, mais ce qui compte vraiment, c'est ce que ce vin vous fait ressentir. C'est un putain de plaisir à boire.

Domaine Matrot Auxey-Duresses 2016 (A) (40$)

Canalisant le Beaune pour de vrai, ce vin est lourd au nez et léger en bouche. Le nez est dense, tout sur la cerise noire, la vanille, le clou de girofle et d'autres épices à pâtisserie. C'est un bel évanouissement. En bouche, cependant, le vin flotte. La bouche est souple, avec une qualité de velours. Pour 40 $, c'est une excellente introduction à la puissance délicate de cette région de Bourgogne.

Big Table Farm Willamette Valley Pinot Noir 2017 (A) (48 $)

J'ai l'impression que c'est le genre de pinot qui nous a fait tomber amoureux de cette région. C'est brillant et rempli de cerises avec un soupçon de fumée. La bouche est vibrante mais suffisamment profonde pour que vous ayez juste envie de la mâcher. Avec un léger frisson, le vin chante un air - ou est-ce moi - faisant ressortir la structure tannique subtile qui encadre le vin. C'est cher, mais bon sang, si vous passez une soirée folle, vous ne pouvez pas vous tromper ici.

Angela Estate Abbott Réclamation Pinot Noir 2015 (A) (57 $)

Vous organisez un dîner chic et cherchez une bouteille pour impressionner vos amis ? C'est le bon. Vous pourriez devenir tout geek et mentionner qu'il s'agit d'un assemblage de trois clones de pinot noir différents (Pommard, Dijon 777, Dijon 115), ou peut-être parler de son caractère « bourguignon » mais vraiment, vous devriez simplement laisser le vin faire le parler. Complexe et nuancé, il a un nez vraiment invitant qui comprend des arômes de petits fruits rouges acidulés, de feuilles séchées et de terre fraîchement tournée. Les fruits rouges se prolongent en bouche, texturée et riche en minéraux. Servir avec du bœuf Bourguignon pour un mariage au paradis du Pinot.

Domaine Matrot Blagny La Pièce Sous Le Bois Premier Cru 2016 (A) (60$)

Il a trois ans et a besoin de plus de temps, mais il se boit bien en ce moment. C'est un pinot noir profond et réfléchi avec des notes de cerise noire et de mûre avec quelques groseilles à maquereau savoureuses. Les tanins sont encore un peu grinçants mais le fruit s'exprime bien en bouche avec, bien sûr, une parfaite acidité. Ce n'est pas un mauvais prix pour un vin issu d'un petit lopin de terre.

Domaine Bernard & Thierry Glantenay Les Santenots, Volnay Premier Cru 2016 (A) (85$)

C'est un vin dont Miles parlait dans son monologue dans "Sideways". C'est le genre de vin que vous voulez respirer un peu, mais ne manquez pas une gorgée pendant qu'il évolue sous l'influence de l'oxygène. Il est très délicat et élégant, avec une sensation en bouche qui veut soulever votre palais et planer dans vos sens. Les cerises noires se mêlent à la vanille subtile et aux épices de clou de girofle qui sont tissées dans le cœur du vin. C'est cher, mais si vous êtes une occasion spéciale, c'est à considérer.

Vinum Cellars Pinot Noir 2017 (A-) (15 $)

Il n'est pas facile de trouver un bon pinot noir pour un soir de semaine à moins de 20 $, c'est donc un bon choix. Il est juteux et adhérent et sent les cerises et la cannelle avec le sol frais de votre jardin. Il est vif en bouche avec un noyau de fruits acidulés. C'est une excellente bouteille à partager avec des amis ou à prendre quelques verres avec juste vous et Netflix.

Calmere Estate Winery Pinot Noir, 2016 (A-) (30 $)

Je suis genre, 15 pour cent d'alcool ? Vraiment? Le vin est comme, ouais. Je suis comme, je ne le comprends pas au nez ou au palais. C'est comme le vin, je sais. Je suis comme, putain. C'est un pinot noir si équilibré et puissant. Le nez est terreux et lumineux, avec des arômes de petits fruits rouges et une forêt en octobre. Il saisit votre palais, mais ne submerge pas. Je me dis, s'il y a un pinot noir pour un gros steak, c'est celui-ci. Le vin est comme, apportez-le.

Bravium Anderson Valley Pinot Noir 2016 (A-) (31 $)

Même avec un faible taux d'alcool, ce pinot noir a vraiment du punch. Le fruit est acidulé, mais équilibré, avec un noyau fruité à croquer. Les arômes classiques de griottes et un peu de vanille de chêne complètent vraiment le vin, avec un bonus de cannelle subtile savoureuse. Les journées chaudes et les nuits fraîches des Médocinos transparaissent dans ce vin.

Fort Ross Winery Sea Slopes Pinot Noir 2017 (A-) (32 $)

Vous cueillez des champignons dans une forêt en octobre tout en léchant du baume à lèvres à la cerise sur vos lèvres. C'est le nez de ce vin. C'est un grand pinot noir américain. Il est équilibré et un peu accrocheur, avec une acidité ronde qui soulève le palais. Le prix est correct pour un cadeau pour un hôte aimable (seulement s'il le fait stat #feelme), ou pour sortir lors d'une soirée de jeu ou d'une rencontre vin et fromage.

Domaine Matrot Monthelie 2016 (A-) (43$)

Abordable pour la région et emballe un punch noir couveuse. Des fruits de cerise noire avec un sol frais et une touche de vanille vous accueillent au nez. La bouche a une belle prise tannique pour un Pinot accueillant dans un vin d'une région connue pour ses rouges maigres. Il a une étiquette classique, plaît à tout le monde et ne vous coûtera pas cher pour votre prochain dîner intime.

Pinot Noir Oceano Spanish Springs Vineyard 2018 (A-) (45 $)

Wow. Ce vin est un délice ! C'est un peu cher et disponible uniquement en ligne, mais bon sang c'est bien. Il a ce style de la côte centrale avec des fruits de cola à la cerise juteux et un soupçon de cannelle. En bouche, on a juste envie de le croquer avec sa bouche charnue et visqueuse. C'est une bouteille à sortir avec des amis proches et des viandes légères légitimes comme le canard ou le poulet rôti aux herbes.

Sokol Blosser ‘Goosepen Block’ Pinot Noir 2017 (A-) (85 $)

Le Pinot Noir peut vieillir et c'est une bouteille qui le prouve. Il y a de la magie ici, mais pas avant un an environ. Derrière des tanins désagréables et quelques fruits timides, vous pouvez sentir l'avenir, lorsque le vin sera mûr avec des fruits de cerise et un sol terreux. Si vous le faites éclater maintenant, il respirera et ira bien, mais si vous voulez savoir comment ce cépage évolue, attendez un an ou deux et cette bouteille vous le montrera.

Peregrine Mohua Pinot Noir 2017 (B+) (21 $)

Envie de vous aventurer en dehors de votre lieu de pinot habituel ? Cette bouteille est une bonne introduction au style du Pinot Noir que l'on peut trouver à Central Otago, en Nouvelle-Zélande. Il a des sensations riches et acidulées de cerise avec une légère note végétale (un peu comme l'amertume du radicchio). La sensation en bouche est visqueuse et donne envie de la croquer. Il est doux, mais a de la profondeur et se mariera bien avec un plat d'agneau ou seul, juste pour se détendre avec de bons amis et une assiette de fromages.

Domaine Hippolyte Reverdy Sancerre Rouge 2016 (B+) (26$)

C'est un solide Pinot Noir de Sancerre. C'est un peu rugueux sur les bords, car le tanin est encore un peu dur, interférant avec le noyau de fruit qui apporte de beaux arômes de cerise et de terre. Je suis sûr qu'avec un an environ en bouteille, cela finira un peu. Il se boit bien maintenant et pourrait bien faire l'affaire lors d'un dîner, mais pourrait également être un excellent cadeau pour un amateur de vin pour qu'il puisse s'allonger pendant un certain temps.

Siduri Yamhill-Carlton Pinot Noir 2016 (B+) (31 $)

Pour un Pinot Noir avec autant d'alcool qu'un Napa Cab, ce vin est sacrément équilibré. Il n'y a pas de chaleur qui s'échappe de la surface du vin dans le verre et ça sent comme un feu de camp à quelques kilomètres de là avec des cerises mûres. La bouche est visqueuse et j'ai envie de la croquer. Cette subtile ambiance de feu de camp frappe également le palais, ce qui en fait un vin très agréable qui pourrait vous surprendre avec cet ABV.

Fel Anderson Valley Pinot Noir 2018 (B+) (38 $)

Aimez-vous les grands vins, mais souhaitez-vous faire l'expérience du pinot noir, sachant qu'il est plus léger? C'est une excellente bouteille de transition, et elle va même avec un steak. Il est doux et moelleux, mais profond et doux. L'alcool est élevé, mais cela n'enlève rien à l'équilibre. C'est un plus gros pinot, mais si vous passez à un rouge plus clair, c'est un bon début.

Dutton-Goldfield Dutton Ranch Pinot Noir 2017 (B+) (39 $)

Il s'agit d'un Sonoma Pinot Noir solide et disponible. C'est le genre de bouteille que vous apportez à un dîner intime avec de bons amis. Il est riche mais équilibré, montrant toujours que c'est un pinot, si vous voulez. Le nez vous rappellera le cola à la cerise et une pointe de vanille et la bouche a un joli poids sans être trop. S'il ne s'agit pas d'un dîner, cette bouteille conviendra également lors d'une soirée vin et fromage ou comme ajout d'un club de vin.

Sotheby’s: Sonoma Coast Pinot Noir 2017 (B+) (40 $)

C'est un Sonoma Pinot Noir riche et dense. Le fruit est sombre et il y a une prise en bouche. Ce serait un beau cadeau pour un hôte aimable ou à apporter ou à sortir lors d'un dîner. Il a l'acidité pour accompagner une soirée vins et fromages, et la plénitude pour être à la hauteur de n'importe quel plat de viande s'il est proposé lors d'un dîner.

Cette histoire fait partie de VP Pro, notre plate-forme de contenu gratuite et notre newsletter pour l'industrie des boissons, couvrant le vin, la bière et l'alcool - et au-delà. Inscrivez-vous à VP Pro maintenant !


L'attraction du lieu

Si vous écoutez la foule des vendeurs de vin, tout ce que vous entendez, c'est le pouvoir des marques. "Regardez l'Australie", chantent-ils. "Ils battent les bejeezus de Bordeaux. Les marques sont la voie de l'avenir. L'idée française selon laquelle le lieu est tout est dépassée."

Pourtant, si vous visitez les régions viticoles de la côte centrale de Californie - le comté de Santa Barbara, la vallée d'Edna, Arroyo Grande, Paso Robles, le comté de Monterey - vous découvrirez une réalité viticole complètement différente. En un mot, ils se séparent, déchirés par l'attraction du lieu.

J'ai récemment passé trois semaines à visiter intensivement des dizaines de vignobles de la côte centrale. Et c'est époustouflant de voir à quel point cela a changé.

Prenez le comté de Santa Barbara, par exemple. Il y a dix ans, tout le monde parlait d'eux-mêmes comme du "comté de Santa Barbara". Pas plus. Maintenant, trois nations viticoles distinctes se sont formées : Santa Rita Hills, Santa Ynez Valley et Santa Maria Valley. Santa Rita Hills est un exemple de choix. Situé à l'ouest de la route 101, il se trouve dans une zone fraîche d'influence océanique avec des sols calcaires (calcaire, craie et argile). Il y a dix ans, il n'y avait que trois vignobles remarquables dans la zone : Lafond, Babcock et Sanford & Benedict.

Depuis lors, certaines poches profondes ont décidé que Santa Rita Hills était l'endroit pour planter le pinot noir. Ils ont donc installé les nouveaux clones dijonnais et les nouveaux porte-greffes. Les vins de Santa Rita Hills sont différents des Pinot Noirs cultivés ailleurs en Californie et en concurrence avec eux. Des établissements vinicoles tels que Foley, Fiddlehead, Sea Smoke, Sanford, Gainey, Melville, Fess Parker et Brewer-Clifton produisent des pinots noirs profondément colorés, intenses, parfumés et convaincants.

C'est un monde à part de la vallée voisine de Santa Ynez, qui est plus chaude. Il voit son avenir dans la création de Sauvignon Blanc, Syrah, Cabernet Franc et Grenache. Des établissements vinicoles tels que Carhartt, Tensley, Stolpman et Beckman produisent une superbe Syrah. Il y a de grands Grenache (Beckman est le leader), Merlot (cherchez Carhartt) et Cabernet Franc (Bedford-Thompson), ainsi que des assemblages de type Bordeaux (Stolpman).

Et puis il y a la fraîche vallée de Santa Maria, qui est la zone de travail, célèbre pour ses chardonnays tropicaux riches et opulents et ses pinots noirs moins attrayants avec des notes végétales peu appétissantes, de camphre et de tomate. (Il s'avère qu'il s'agit d'un problème clonal.) Dès que le public goûtera les nouveaux pinots noirs de Santa Rita Hills, les consommateurs rejetteront probablement les pinots de Santa Maria Valley en faveur des nouvelles beautés du quartier.

Est-ce injuste ? Oui et non. Santa Maria Valley n'a qu'à replanter les nouveaux clones pour revenir dans le jeu. But that takes time (and ambition). In the meantime, Santa Rita Hills will acquire cachet while Santa Maria Valley will first have to shrug off its old image.

Farther north, in Paso Robles, you've got what might be called the "great east/west schism." Highway 101 has become the convenient, if hardly exact, dividing line. East of that magic marker, many of the vineyards are vast, quite warm, and in service to big brands (J. Lohr, Meridian, Fetzer). The quality, actually, is surprisingly high, including soft, richly fruity Syrah and Cabernet.

But west of Highway 101 is a world apart: much cooler with more calcareous soil than I've seen anywhere else in California. (Everybody can show you petrified whale bones!) Actually, east of 101 has some of this soil too, but less so.

You know what's happened, of course. Small, highly ambitious wineries have emerged west of 101, creating distinctive, limestone-inflected wines. You've got the showcase Justin Winery, which makes most Napa Valley wineries look shabby chic. A revived Adelaida Cellars will make a major mark in the next few years with its new vineyards. Saxum, a micro-winery, makes one of the finest Syrahs I've tasted from anywhere. Not least is Tablas Creek, created by the Perrin family of Château de Beaucastel fame and their importer, Robert Haas.

Is there a Paso Robles anymore? Pas vraiment. The east-of-101 crowd resents how they are seen as working stiffs while the west-of-101 set gets the uptown image. It's not fair, but there's also no denying that two different wine worlds do exist, legitimately based on soil and temperature.

So, if you thought Americans were different from the French, think again. There's no resisting the pull of place -- which is just what the French have been telling us all along.


Robb Recommends: A Groundbreaking New Pinot Noir From One of the World’s Top Winemakers

Philippe Cambie is the Grenache whisperer. He has made 15 wines that earned a perfect 100 points from Robert Parker, consulting on a vast array of vintages, most widely in his home base of Châteauneuf-du-Pape, where he&rsquos become known as the master of the region’s favored varietal. Through 2018, though, Cambie had never made a Pinot Noir. What would lure a Rhône Valley winemaker to Burgundy&rsquos red grape and Oregon and California&rsquos famously pure voice of terroir? Well, in Châteauneuf they call Grenache the &ldquoPinot Noir&rdquo of the region, and Cambie simply couldn’t resist the chance to apply his Grenache-whispering skills to Pinot stateside.

Related Stories

The likeliest partner in such a venture was his friend Adam Lee, widely known as a Pinot guru through his Siduri wines and newer Clarice brand. Considering that Lee is a veteran of the variety&mdashfrom Santa Barbara County up through Monterey, Sonoma, Mendocino and Oregon&rsquos Willamette Valley&mdashI had to ask him: Did the West Coast need another Pinot-focused winery? What could you add to the lexicon, to the range of the wine here, with Beau Marchais (the brand Cambie and Lee launched)? And why concentrate on California? He took the last one first. &ldquoHistorically, the French winemakers who have come to the New World to work with Pinot Noir have headed to Oregon,&rdquo Lee says. &ldquoPresumably that&rsquos because the climate is viewed as more similar to Burgundy. But Philippe is the finest producer of Grenache in the world, so getting his interpretation of somewhat warmer-climate California Pinot Noir only made sense. I&rsquom hoping it leads consumers to consider Pinot somewhat differently.&rdquo

Taking their direction from Cambie, these first Beau Marchais wines&mdashone from Monterey County&rsquos Santa Lucia Highlands and two from Santa Barbara&rsquos Sta. Rita Hills&mdashstretch Lee&rsquos typical lean-alcohol, structured profile. They&rsquore riper and richer, with upfront deliciousness across the board. The Beau Marchais 2019 Sobranes Vineyard Pinot Santa Lucia Highlands ($95) combines haunting florals, black tea and blackberry confiture with a plush and velvety mouth-feel. The 2019 Clos Pepe Vineyard Ouest Pinot Sta. Rita Hills ($95) opens with pine forest and ocean salinity before melting into juicy cherry and blueberry with underlying warm baking spices&mdashstructured and vibrant, as well as ripe. And the 2019 Clos Pepe Vineyard Est Pinot Sta. Rita Hills ($95) leads with lovely minerality and savory tobacco and licorice, then exudes sweet fruit&mdashblack raspberry, strawberry, and cherry&mdashover fine tannins. This is a long, opulent, textural wine.

Photo: courtesy Dianna Novy

Lee is quick to describe how these wines veer from his own traditional patterns. &ldquoI&rsquom really working with Philippe&rsquos winemaking protocol&mdashwhat he has done to make some of the finest wines in Châteauneuf-du-Pape&mdashand the world, quite frankly,&rdquo he says. &ldquoSo everything, from the time on the skins (much longer than what I usually do), the amount of whole cluster (less than on my wines), ripeness levels (a bit riper) and barrels chosen are different.&rdquo All of this, Lee admits, has pulled him out of his comfort zone&mdashstagnation he even calls it. &ldquoLooking at Pinot Noir through Philippe&rsquos eyes has allowed me to view the grape differently. It&rsquos almost like being a kid in a candy story, looking at things anew again.&rdquo

For his part, Cambie sees the project through a personal lens. &ldquoIt&rsquos the story of a Franco-American friendship,&rdquo he says. &ldquoI love Pinot, and particularly the great American Pinots. The proposal to make a Pinot with Adam seemed obvious to me. We all have a vision of the elaboration of wines, but a team vision will always be more efficient. This project was a dream come true.&rdquo

There&rsquos irony in the outcome here. Under the direction of one of France&rsquos most-respected winemakers, the inaugural Beau Marchais Pinot Noirs, in a sense, carry more New World character than most of Lee&rsquos former West Coast versions do. But they&rsquore beautiful and nuanced, balanced in their richness&mdasha welcome addition to the lexicon.


Kim Crawford Marlborough Pinot Noir

Last week, a colleague at my day job started picking my brain about wine. She told me that she recently graduated to pinot noir after years of drinking nothing but Champagne and disgustingly-sweet riesling. OK, I embellished with the “disgustingly-sweet” part, but that’s basically what it sounded like she was drinking. And then she told me about her favorite pinot noir, which I can’t remember the name of but it sounded like something with a cute label and lots of residual sugar—not my cup of tea. But it was a good reminder to me of the perspective of the everyday wine consumer.

As someone who tastes different wines every day and travels the world tasting some of the best wines out there, I have a different perspective than the average wine consumer. But that’s not where I started. When I first started writing about wine I was wowed by fruit-bomb wines, loaded with residual sugar, that tasted good despite being unsophisticated and out of balance. I can still understand the appeal of those wines, and occasionally I’ll still drink them. But I’m not ashamed to admit that I’ve become a wine snob. I often hear wine bloggers say that they’re “taking the snobbery out of wine.” Bullshit! If you critique wine, you’re a snob. Those of us who wax poetic about wine are all wine snobs and we’re all quite ridiculous to make such a fuss about wine.

But most wine consumers aren’t that fussy about their wine. They want something that tastes good to them. They often want to become “more knowledgeable” about wine, but ultimately if a wine tastes good to them it’s good enough.

Getting back to my colleague, she wants to broaden her palate and explore new wines. So she challenged me to find a new pinot noir for her that will be balanced, complex, interesting, tasty and affordable. (Again, I embellished a little bit, she just asked to find her “another pinot noir”).

This wine is my first stab at meeting this challenge. It will be a touch lighter than what she’s used to, but it still has plenty of fruit and some spicy aromatics to make it interesting.

Sometimes when I pour a pinot noir it looks far too dense, but this one is just right with a light red appearance. The nose is well balanced and beautiful offering strawberry, raspberry, nutmeg, cedar and violet aromatics. There’s a lot going on here, but it’s harmoniously balanced. The palate is also quite nice, although a touch more concentration and density would have made it better—and I do mean just a touch. But the flavors are all good, such as cherry, raspberry and cranberry. There is a hint of bitterness on the finish, which I could do without. Good acidity, good mouthfeel. Overall, it’s a good, medium-bodied wine that’s best with food.

Vin: Kim Crawford
Variety: Pinot Noir
Vintage: 2011
Alcohol: 13.5%
Rating: 87
Price: $17.00

Find Kim Crawford Marlborough Pinot Noir avec Snooth


What To Drink Now: Thanksgiving Pinot Noir

There are many options to go to when planning your Thanksgiving wine to pair with your Thanksgiving meal, but for me Pinot Noir is always a solid go to which will suit both the meal and your dinner guests. Somewhat like a Labrador Retriever, Pinot Noir (especially New World Pinot) is a super likable, friendly wine that has the ability to please just about any palate and pairs well with everything from roasted turkey, to cranberries, to sweet potatoes, to pumpkin pie. Here are a few suggestions that will make you thankful for Pinot. If you just insist on serving a spicy Zin, Syrah, Beaujolais or Grenache on this special day I will have a list of others up soon, but for now it is all about Pinot. A few selections were sent for editorial consideration.

Etude Winery, may be best known perhaps for their Heirloom wines, but just the basic Etude Estate Pinot Noir from fruit grown in their Carneros, Napa Valley vineyards enahnces any dinner table any time of year, but particularly with the Thanksgiving meal. From cool, maritime influenced fruit, and created with the belief that the winemaking happens in the vineyard and not in the winery, the Etude Pinot Noir is filled with concentrated cherry, blackberry and red berry jam flavors enhanced with touches of soy, star anise, clove and slight minerality from the clay and gravel soils of Carneros.

Etude founder Tony Soter, left California for Willamette Valley to start Soter Vineyards, creating the winery in 1997 with the help of his wife (and Portland, OR native) Michelle, and their children, believing the Willamette Valley soils of their sustainably farmed 240 acre Mineral Springs Ranch in the Yamhill-Carlton District was ideal for creating his next great Pinot Noir wines. The Mineral Springs Ranch (green label) Pinot Noir defines the area in a glass – ripe, red cranberry, pomegrantate and persimmon fruit, balanced but present earthiness, lush tannins and a sikly, lingering finish.

Also in Oregon, Adelsheim was one of the first and remains one of the most celebrated wineries in Willamette Valley. Their Elizabeth’s Reserve Pinot Noir a perfect go to wine if you are looking for a well-rounded, elegant and always delicious flavor profile that has been made from a blend of the best Pinot Noir barrels since its first bottling in 1986. Filled with strawberry and raspberry notes married with sweet baking spice, cedar and just the right balance of earthiness.

The Jory soils of the Dundee Hills in Willamette Valley are known to produce earthy, mineral rich and refined Pinot Noir. Two excellent examples come from Domaine Serene with their Evanstad Reserve and Winderlea, with their Ana Pinot Noir, both some of the best from the Dundee Hills, balancing fruit with spice, and spice with earth to create luscious, interesting and always tasty Pinot Noir.

The sustainable and biodynamic vineyards of Benziger Winery make many great wines including their Pinot Noir from Russian River, easily one of the best areas in the world for growing Pinot Noir, though often more fruit forward and fresh than those of Willamette Valley. This one is filled with layers of red berry, currant, vanilla and spice with good tannin, texture and balanced acidity, making it a great food wine.

Also from Russian River I was recently introduced to a new winery, Inman Family Wines owned by winemaker Kathleen Inman, making nicely aged Pinot Noir (17 months in partially new French barrels) from grapes picked at three different times to ensure the ultimate ripeness was achieved when they picked. This is a big wine, yet still elegant and sillky as you would expect from Russian River fruit. Filled with ripe fruit, wild roses, black tea and anise with touch of chocolate and cedar on the finish. Rich, textured and refined, a great new Pinot Noir find.

In addition to those from Willamette, I am particullary partial to the Pinot of Santa Lucia Highlands, especially those from wineries like Miner, Vision Cellars and Siduri.

Miner Rosella’s Vineyard Pinot from the southwest facing slope of the Santa Lucia Mountains is fruit forward, spicy and always, always enjoyable. Fresh cherry and plum mix with cinnamon, nutmeg and cedar with a touch of violet and lilac floral notes for a luscious, velvety and delicious Pinot Noir.

Vision Cellars, owned by the incredible and talented, Texas native Mac McDonald, specializes in very small production, very high quality Pinot Noir from fruit grown throughout Northern California. Their Gary’s Vineyard Pinot Noir blends blackberry and black cherry fruit with layers of earth and spice, and just the right balance of tannin, for a wine that will pair well through the holidays with anything from the Thanksgiving turkey to the Christmas beef tenderloin.

Siduri Santa Lucia Highlands Pinot Noir blend some of the best fruit from the area, including 33% Sierra Mar Vineyard fruit, 24% Rosella’s Vineyard, 21% Pisoni Vineyard, 19% Garys’ Vineyard, and 3% Soberanes Vineyard Pinot Noir. The longstanding trust and relationship these vineyard owners have with Siduri owners/winemakers Dianna and Adam Lee ensures that this prized fruit makes its way to the Siduri warehouse each harvest for them to create their award winning Pinot Noir. Filled with ripe red cherry, red plum and cranberry with sweet spice, toasted cedar and a touch of smokiness this is a Pinot that will please anyone at your table.

The cool climate of the Sonoma Coast is ideal for growing balanced Pinot Noir with character and personality. The wines of Freestone and Fog Dog, Kistler, MacMurry Ranch and David Bruce consistently deliver. I tried a new one from Jenner Vineyards recently. Very affordable for Pinot Noir (about $20 a bottle) and filled with fresh violets, bing cherry and vanilla with a good balance between acidity and tannin, making it an ideal food wine.

The from Casablanca Valley in Chile is fast becoming known for their juicy, earthy and slightly smoky Pinot Noir. The Morande Gran Reserva Pinot Noir highlights this with layers of ripe wild strawberry, cherry, sweet spice, fresh herbs, roses and a touch of earthy minerality.


Hajdu Winery (AKA Brobdingnagian Winery) continues to prove he has more than just a cool name

If you follow my blog at all, you will find references to Brobdignagian, Brobdingnagian, and Hajdu all over – go ahead and search! Anyway, with the number of times that I have been writing about Hajdu, and Covenant (where he is associate winemaker), I realized it was due time to talk about one of California’s best and still hidden kosher wineries.

I met Jonathan quite a few years back, but even before that I “met” him through the Weiss Brothers (AKA Shirah Winery) and Benyamin (Four Gates Winery). Hajdu is one of those consummate winemakers that has continuously, through the years, shown his mettle and amazing palate. However, before we get ahead of ourselves we need to step back and weave in the background story of Hajdu. Hajdu fell into the world of wine when he was studying archeology at University at Albany-SUNY in NY. It was there, when bored with studies of things buried deep in the ground, dating back thousands of years ago, that he found the wonderful elixir called wine in local area wine bars. This was in the late 1990s, and I find it amazing that wine bars existed in a college town so many years ago!

Well soon after school, Hajdu went to study in Yeshiva in Israel, and it was there that he met a woman, and followed her to Melbourne Australia, which turned out to be a great place to study viticulture at the Swinburne University, and to work on a few vineyards in the Yarra Valley. Things did not work out on the dating front, so Hajdu returned to New York, and one thing led to another and a friend told him about a job at Copain Custom Crush Llc in 2003. It was a great job for so many reasons, the main one being that there Hajdu honed his winemaking skills, till now he was a viticulturist, and he learned the skill of working on many small lots and crushes inside a very large wine facility, something that would come in very handy in the coming years at Covenant, but again we are getting ahead of the story.

In late 2003 Herzog was in need of more skilled hands, so Hajdu signed on – and it was at this point that one has to see the hand of God here. First of all, it was here that the Shirah/Weiss boys would eventually meet up with Hajdu, along with Jack Levin, who was part of the initial Shirah creations. This group (Levin was not yet there in 2005) was the group that created the first Shirah wine – 2005 Shirah Syrah with fruit from Alamo Creek. For the next two years they worked together at Herzog and it was that time, in my opinion, that the desire and yearn to build great wines from both Shirah and Hajdu was created.

While, Hajdu was at Herzog winery another very important coincidence occurred, it was there that Hajdu met Jeff Morgan, co-owner and winemaker of Covenant Winery. At that time, Covenant was making their 2003 through 2006 vintages in Herzog’s winery in Santa Maria, CA where the winery existed before it moved to Oxnard. It was then that Hajdu worked with Jeff on the 2003, 2004 vintages of Covenant wines in Santa Maria (where Herzog was before Oxnard) and then 2005 in Oxnard as well.

In 2006 Hajdu had a yearning to return to Israel, so he picked up and went to work in Carmel winery after talking with Sam Saroka, then the head winemaker at Carmel Winery, Saroka is now the head winemaker of Mony Winery. After a year in Israel, Hajdu returned without any real plans but in search of more than just a wine job but also a person who would eventually become his wife. However, when he first arrived in NY, he tried to line things up, but one thing did not lead to another and plans kept falling through, which was for the best in so many ways! It was in NY, late 2007 that he met his to-be wife and where he re-caught the bug and passion to create his own wines – under the Brobdingnagian label.

So, in later 2007, he flew back and forth, while dating and eventually getting engaged to his wife, to make wine in Santa Barbara CA. Having little place or money to live, he scrounged and found ways to make do for six weeks from harvest till fermentation and barreling his wines. These were the famous 2007 Grenache and Syrah that literally put Hajdu and the Brobdingnagian name on the map!

By the way, it is Hajdu’s wife whose artistic talents can be found draped all over Jonathan’s wine work (she makes the labels for his wines), and personally, the 2011 Proprietary Red wine with the turtle is one of the loveliest labels in Hajdu’s portfolio. Though they are all lovely, from the elephant riding a unicycle on the Syrah bottles, to the whale or the ostrich, they are all lovely, but the turtle steals the show for me, label wise.

So, after making the wine in 2007 and marrying in early 2008, Hajdu was still in search of a job and was talking with Morgan when it all clicked, and Hajdu was hired in 2008 to be Covenant’s assistant winemaker and its mashgiach (kosher wine supervisor) at the winery. Covenant winery moved from Oxnard in 2008, and it now needed a full-time kosher wine supervisor because the winery moved to Napa in a crush facility that was not all locked and kosher, like it was in Oxnard at Herzog Winery.

It was at this point that I really met Hajdu in person. Until this point, I knew of him through Binyamin Cantz of Four Gates Winery, a personal friend and winemaker. Binyamin is one of those very unassuming but truly connected people in the world of kosher wine. Pourquoi? I think because people like him, love his wine, and like talking with him. Binyamin accompanied me down to the 2008 IFWF International Food and Wine Festival) in Oxnard, CA, the first ever IFWF. Hajdu was pouring the Covenant wines at the Herzog section. It was great to met both Jeff Morgan and Hajdu, and the Covenant wines were lovely indeed. We met again in San Jose that year, and then after that we met when I would go up to the Covenant Winery.

As the associate winemaker at Covenant, Hajdu helped with all aspects of Covenant Winery and continued to make his own wines as well. As described here, Hajdu made a wine again in 2008 a field blend of grapes that he called Besomim with Rabbi Tenenbaum. He did that again in 2009 along with a Syrah under the Brobdingnagian (Brob for short) label. It was finally in 2010 that Hajdu returned to his Grenache roots, along with more Syrah, and his first ever Petite Verdot and Petite Sirah. In 2010 Hajdu kept the Besomim label alive and well, but the field blend vineyard was gone so he went with a blend of his three Rhone Varietals Syrah, Petite Sirah (yeah yeah not a true Rhone varietal – but it has been adopted by the Rhone Rangers), and Grenache. This was also the year that Hajdu increased his case count for 100 or so to 300 cases. That number would grow in time, but that was already a huge jump and the wines in 2010 were truly impressive.

In 2011 Hajdu started to tinker with making custom barrels, and started to work with clients to allow them to make and define blends for custom barrels that they would buy. The 2011 vintage was tough, and if there was ever a bump in the road for his wines it may have been this year. Still, 2011 was also the first year where Hajdu made his now famous – Red Proprietary blend from Howell Mountain grapes. Red Proprietary is a blend of Cabernet and Merlot that blew the doors off of my mind when I first tasted it and continues to impress. The 2011 vintage was also the year of the new Makom label, which was released with Carignan fruit. The wine was light and fruity, not the beast that Brob conjures up, or that Carmel was making back in 2006 under their Appellation label, or the Recanati Carignan from 2009. Still, it was a lovely fruity wine and one that did Makom proud. The 2011 vintage also saw another Grenache, Syrah, and an NV Besomim, which was a blend of Petite Sirah and Zinfandel.

The 2012 vintage blew off the doors with both quality and unique varietals, and rivals the 2010 vintage, which was also incredible. First was the early release in 2012, of a new Makom wine made of Grenache Blanc, the first ever-kosher wine made of this varietal that I know of or care for. It was also the return of everything other than a pure Petite Verdot or Carignan, including Petite Sirah, Syrah, Grenache, a new Cabernet Franc, another Howell Mountain, and a new Pinot Noir. The Pinot Noir would come under the Makom label, along with the Grenache Blanc. The rest would go under either the Brob label or a new Hajdu label with vertical colored lines.

With all the labels and wines under control, Hajdu has now created a winery that while still small and boutique, commands the attention of many a kosher wine buyer. The wines are very Brobdingnagian in style, big and bold – but they are also controlled and show great finesse when needed. The wines are almost a sure bet, with a “miss” here and there, and even those would be wines most wineries would dream to have made! I think the label with the elephant riding a unicycle says it best – big and massive animal controlling the direction with finesse and acumen that is Brobdignagian wine is a sentence or an image!

As stated before, I had the chance to talk and enjoy Hajdu’s knowledge and abilities when I was invited to the 27 course dinner with Hajdu and Bernstein. Since then we have met on and off whether with friends or to see the winery. Still, it had been 6 months since I last tasted the wines and now that the white and rose 2013 and 2012 red wines were released it was time to meet and catch up on what has been happening with Hajdu winery.

When asked about the wines he makes – he and the Weiss boys have clear leanings to the Rhone Varietals. I think the two of them, along with Netofa Winery. are the kosher manifestation of the Rhone Rangers. Who else produces Grenache wines (Capcanes but that is all in terms of Rhone wines). Who else produces them all? Who else produces Grenache Blanc? Viognier, Roussane by the Wiess Brothers, Chenin Blanc by Netofa along with Syrah and Mourvedre. These are the real kosher Rhone Rangers, wineries with a passion of what grows well in their area and each with their own twist and passion to deliver kosher wine that is not just another Cab or Merlot. The good news is that the Rhone religion is catching on and that we will see more Grenache, Mourvedre, Syrah, Petite Sirah, Marselan, and others. It is the success of Hajdu and the Weiss brothers, and the realization that Israel, California, and Spain are better suited for these grapes than the classic noble varieties – that has helped propel the adoption of these grapes in the kosher world. Clearly, with his expansion Hajdu has added some varietals that are not Rhone in nature, but the style of the wines are always the same, bold, balanced, with great acid. Though there is a new Pinot Noir and Cabernet Franc, I think Hajdu still feels the pull for Rhone and thank goodness for that, as there are so few willing to take the Rhone Ranger pledge!

Hajdu is always the consummate gentleman and winemaker, and his wife and family are absolutely fantastic. For the past few weeks I have been sick and really out of it, but I finally have come out of my haze and I called Hajdu asking if I could swing by and taste the new wines. I arrived in the evening and for the next few hours we spoke wine, tasted wine, and I had an absolute ball of a time. The fact that I have not gotten to this posting earlier is all on me and I am truly sorry for that. I highly recommend that you contact Jonathan Hajdu @ Hajduwines.com and order the new rose it is really and truly unique. The wine is up there as one of the best kosher rose wines out there! It is NOT a bleed off/saignee wine rather it is a Pinot Gris wine that blew me away. That and the next Makom Grenache Blanc are the only two 2013 wines that we tasted, with the rest being the 2012 wines. They are all wonderful, and the Grenache really needs time to express itself. The Franc is lovely and ripe the Syrah is seriously demented and sick, with an inky structure to die for. The Petite Sirah is not ready yet, for now get the wines, leave the Syrah and Petite Sirah to the side and enjoy the rest.

My many thanks to Jonathan and his wife for letting me crash so close to Passover, and for their lovely hospitality and warmness. My wine notes follow below:


Trout with mushrooms

Spring teases us here in California with a gorgeous sunny day but then retreats from an angry rain. The menu above, light but warming, strives to satisfy regardless of what the weather gods deliver. Trout preparations are normally simple to highlight the sweet flavors of the fish. With the addition of aromatic vegetables and dried mushrooms, the fish gains substance. The recipe below is adapted from the Silver Spoon, Phaidon Press Ltd., my favorite cookbook these days.

Ingrédients

1 tablespoon chopped fresh thyme

Préchauffer le four à 350 degrés. Put mushrooms in a bowl, add warm water to cover, and let soak. Season the cavities of the trout with salt and pepper and sprinkle with the thyme. Drizzle an ovenproof dish with olive oil, place the trout in the dish, and rub both sides of the trout in the oil. Add onion, carrot, and celery. Drizzle with a little more olive oil, cover, and bake for ten minutes. Drain and squeeze water from the mushrooms. Remove cover from the baking dish and add wine and mushrooms and bake for another 15 minutes. Pour quatre personnes.


Voir la vidéo: Cours de vin #12: Vin Bù: Rosé, Gris de Grenache, France, Grenache (Août 2022).