Recettes de cocktails, spiritueux et bars locaux

9 façons simples d'imiter « The Great Gatsby »

9 façons simples d'imiter « The Great Gatsby »

Vivez dans l'excès comme Jay Gatsby... ou du moins faites semblant avec ces conseils !

Comme la plupart des États-Unis, nous sommes d'abord tombés amoureux de Gatsby le magnifique pendant notre cours d'anglais au lycée. Du faste et du glamour au mystérieux protagoniste, le roman de Fitzgerald de 1925 est un pur appât au box-office.

Le conte des années folles a été traduit au cinéma cinq fois, la version de 1974 mettant en vedette Robert Redford et Mia Farrow étant le plus notable. D'après les apparences des bandes-annonces exagérées, le cinéaste Chez Baz Luhrmann La prise en 3D promet d'être une réinterprétation spectaculaire, à la manière de ses versions audacieuses de Roméo et Juliette et Moulin Rouge !

Avec des décors et des costumes somptueux et une distribution de poids — Leonardo DiCaprio, Carey Mulligan, Tobey Maguire, et Joël Edgerton – le film, qui s'ouvre le 10 mai, nous fait envie le style de vie somptueux de l'époque. Tout comme Jay Gatsby, nous nous battons pour recréer le passé. Voyagez dans les années 1920 avec nous grâce à ces neuf conseils simples directement de Cible sa propre experte en divertissement et style de vie, Sabrina Soto.


L'ouverture de "The Great Gatsby" a attiré l'attention sur le glamour amusant de la mode des années 1920, ce qui en fait l'une des tendances les plus en vogue. Il est passé du film aux podiums en passant par la rue, et c'est un look que tout le monde peut imiter pour de nombreuses occasions estivales. Ici, la rédactrice de mode de Marie Claire, Zanna Roberts Rassi, vous montre comment obtenir ce look des années folles avec une touche moderne.

Look du jour de Gatsby
Jupe : Zara, 80 $
Haut : Topshop, 64 $
Chaussures : collection Nine West/Great Gatsby, 99 $

C'est le look parfait pour gambader lors d'une garden-party estivale. C'est une idée fausse commune que les robes des années 1920 étaient toutes très courtes, alors qu'en fait, de nombreuses tenues de jour consistaient en des jupes et des robes qui tombent juste en dessous du genou.

Cette jupe plissée mi-mollet de Zara est tendance pour le printemps, surtout lorsqu'elle est portée avec un haut court orné qui rappelle les années 20 tout en restant moderne. Autre avantage : la jupe plissée est tolérante et n'est pas fidèle au style des années 20. Cette jupe frappe la taille naturelle, qui est la plus petite partie de votre corps, et expose la moitié inférieure de la jambe et de la cheville.

Associez le look à des talons plus plats, car les chaussures étaient plus basses dans les années 20, et nous assistons à une grande résurgence des talons plus petits dans le monde de la mode.

Look de soirée Gatsby
Robe : Macy's, 150 $
Casque : Forever 21, 7,50 $
Chaussures : collection Nine West/Great Gatsby, 99 $

Il n'y a pas trop de bling. S'habiller à cette époque était aussi un symbole de statut social : plus la robe était habillée, plus vous occupiez une place élevée dans la société. Tout comme aujourd'hui, les robes étaient ornées de couches de perles, de paillettes et de détails métalliques.

Nous avons vu des vêtements fortement embellis sur les pistes de printemps chez Alberta Ferretti, Dolce & Gabanna et plus encore. Obtenez le look sans vous ruiner en portant cette superbe robe bleu foncé de Macy's avec une broderie semblable à un feu d'artifice. C'est l'option parfaite pour tout événement de cravate noire que vous avez cet été. Il est super facile à porter et sexy sans être trop révélateur ou ajusté. Ce motif se fondrait dans n'importe quelle fête "Gatsby", et le bas de la robe est plissé pour le mouvement, vous pouvez donc danser toute la nuit avec style.

Style d'accessoires Gatsby :
Robe : Abi Ferrin, Nordstrom
Bijoux : Forever 21, 3,80 $ et plus
Bijoux : Nordstrom, 3,80 $ et plus
Chaussures : collection Nine West/Great Gatsby, 99 $

Plus c'est plus ! Il ne suffisait pas d'avoir une robe drapée de perles, de plumes et de paillettes, les femmes ajoutaient des couches de bijoux art déco, notamment des bagues, des bracelets et des colliers. Les diamants et les perles étaient les joyaux de l'époque - plus ils étaient gros, mieux c'était.

Peut-être qu'un meilleur nom pour les coiffes dans "The Great Gatsby" est couvre-chef, car les femmes portaient pratiquement des casques de perles, de plumes, de dentelle et de diamants. Et cela devient une énorme tendance chez les mariées cette saison. Les coiffes inspirées de "Gatsby" sont l'un des articles les plus recherchés pour les mariées, et elles partent vite !

Notre coiffe, moins nuptiale et plus jeune, est de chez Viva de Marina. Mais si vous n'êtes pas à l'aise d'aller jusqu'au bout avec des couvre-chefs extravagants, de simples bandeaux ornés de perles et de strass dégagent également une ambiance "Gatsby". (Et rappelez-vous : les bandeaux passent sur le front, pas sur la tête réelle !)

Last but not least : les chaussures ! Nine West a collaboré avec le film, réduisant la taille de ses talons à 2 à 3 pouces et ajoutant des plumes, des strass et des paillettes (toutes les semelles des chaussures sont scintillantes).

Styles de beauté Gatsby
Robe : Abi Ferrin 'Jourdan', 300 $, AbiFerrin.com
Maquillage : Mac, 15 $ et plus

Le maquillage dans les années 20 était très défini. Il y a quelques aspects clés du look "Gatsby": un œil charbonneux, des cils de baby-doll pleins, des lèvres audacieuses, des sourcils définis et une joue rouge.

MAC. les maquilleurs se sont associés au film "The Great Gatsby" pour que vous puissiez avoir le look à la maison. Nous avons utilisé M.A.C. des ombres à paupières et un liner pour créer un œil charbonneux, puis des cils élargis avec le mascara BADgal de Benefit.

En ce qui concerne les lèvres, la moue des années 1920 était tout au sujet de la tache audacieuse - pas de gloss brillant. Nous avons utilisé Ruby Woo de M.A.C., qui a été utilisé dans le film. Les maquilleurs du film ont d'abord recouvert les lèvres des acteurs d'un correcteur, puis ont dessiné dessus avec un crayon et un rouge à lèvres. N'allez pas trop loin avec un anti-cernes trop épais après l'application de la lèvre, épongez avec un mouchoir, appliquez à nouveau et épongez une fois de plus. Voila - maintenant vous avez une lèvre tachée !

À l'époque, les sourcils étaient bien coiffés et audacieux. Testez les crayons à sourcils avant d'appliquer vos sourcils audacieux qui devraient avoir l'air naturels, pas comme si vous les aviez peints. Appliquez par petites touches, pas une seule ligne longue, et mettez un gel transparent pour les sourcils pour que le tout reste en place.

Enfin, nous arrivons à la joue rose naturelle et rouge des années 20. Appliquez du rouge vers le haut sur la pommette, mais évitez d'ajouter de la couleur à votre front ou votre menton. Une lueur "Gatsby" est strictement pour les joues - pas de bronzeur mesdames!

En ce qui concerne les cheveux, les coiffes des années 1920 ont été à la mode sur le tapis rouge cette dernière saison de récompenses sur des stars comme Naomi Watts, Amy Adams et Taylor Swift. Les cheveux de l'ère du jazz étaient lisses et brillants, souvent avec un sertissage emblématique des boucles d'épingles. Les cheveux longs étaient sortis et le menton court était rentré.

Le carré des années 20 était souvent lisse sur la joue et plat, mais si vous n'avez pas les cheveux courts - ou si vous n'avez pas envie de changer radicalement votre coupe - vous pouvez toujours créer le look à la maison. Lavez vos cheveux comme vous le feriez normalement et séchez-les légèrement. Divisez vos cheveux en sections de 1 pouce et enroulez fermement une section autour de vos doigts. Fixez maintenant la boucle avec une épingle à cheveux ou deux. Ensuite, répétez avec le reste de vos cheveux et glissez un bonnet de douche sur votre coiffure pendant que vous dormez. Sortez le pin curl le matin et toilettez avec une petite quantité de sérum pour un look élégant.


Un excellent menu de Gatsby qui vaut le coup

Que vous cherchiez à ajouter une touche amusante à votre fête de fin d'année ou que vous attendiez simplement le prochain film The Great Gatsby, ne cherchez pas plus loin que ce menu des années 1920. Puisque nous ne pouvions pas nous empêcher d'être inspirés par les fêtes fastueuses dont F. Scott Fitzgerald a écrit, voici quelques recettes, allant du zing frais d'un julep à la menthe aux cochons dans une couverture, qui ne manqueront pas de plaire. Enlevez votre frange et organisez une fête au charme vintage : ce menu est sûr d'être un pour les livres !

Cette boisson givrée et acidulée est trop bonne pour ne pas être dégustée toute l'année. Vous pouvez faire un julep à la menthe comme dans le livre en suivant cette recette. La boisson douce et puissante est impressionnante mais facile à préparer, même pour les débutants en cocktail.

Les hors-d'œuvre comme les champignons farcis sont particulièrement adaptés à une fête des années 1920 avec un air glamour. Cette recette comprend une garniture crémeuse aux épinards et aux artichauts, ainsi qu'une garniture croustillante de panko.

Continuez à lire pour le reste du menu de fête des années 1920.

Huîtres Au Champagne Mignonette

Jay Gatsby n'avait que le meilleur, qui appelle ce qui aurait été un régal de fruits de mer rare comme des huîtres servies avec une mignonnette de champagne. Une mignonnette classique, un condiment à base de vinaigre et d'échalotes, équilibre joliment la saumure d'une huître et peut être préparée en un rien de temps. Placez simplement tous les ingrédients dans un bocal, secouez et servez.

Pour évoquer un plat semblable aux jambons de fête épicés au four de Gatsby le magnifique, servez une version glacée au miel et au bourbon. Vous cherchez quelque chose de plus petit ? Ensuite, essayez une mise à jour sur le favori de la fête des cochons dans une couverture : tout ce dont vous avez besoin est de la pâte feuilletée et des saucisses. Accompagnez le plat d'une moutarde épicée pour un apéritif sans faute.

L'une des tentatives de Gatsby pour séduire Daisy Buchanan implique un thé avec 12 gâteaux au citron. Servez à vos invités un cake au citron et au citron. C'est un dessert léger recouvert d'un caillé de citron légèrement aigre, puis surmonté d'un simple glaçage piquant - le moyen idéal pour terminer votre fête.


5 suggestions pour attirer les jeunes à l'église

Je n'ai jamais rencontré une église qui ne voulait pas atteindre les jeunes. Chaque église voit la valeur dans le fait que les jeunes deviennent une partie active de l'église. Ils savent que la vie future de l'église en dépend.

Le problème est souvent que l'église n'agit pas comme ce qu'elle prétend valoriser.

Si une église s'intéresse plus à la protection des traditions, par exemple, qu'à la création d'un avenir, elle ne réussira probablement pas à attirer les jeunes.

C'est du moins mon expérience.

Si une église souhaite attirer des jeunes, elle doit penser stratégiquement à le faire. Et, soyons honnêtes, nous sommes tous en train de comprendre ce sujet. Je suis totalement ouvert à apprendre de vous. Ce ne sont que des choses que j'ai observées.

Voici 5 suggestions pour attirer les jeunes à l'église :

Les valoriser ainsi que leurs idées

Les jeunes voudront faire les choses différemment. Ils voient les choses différemment. Nous devons leur donner une voix et un accès à l'autorité. Cela ne signifie pas que nous devons changer tout ce que nous croyons ou enseignons, mais cela signifie que nous devons les écouter et ne pas rejeter ce qui leur tient à cœur et dans leur esprit. J'ai découvert que je devais prévoir du temps dans mon emploi du temps pour la jeune génération. Je dois les engager régulièrement. Ils veulent me connaître personnellement. Mais quand je le fais, c'est énorme pour eux et j'ai plus de crédibilité pour parler de leur vie. (Et, cela me nourrit personnellement.)

Donnez-leur un endroit pour servir

Trouvez des moyens de laisser les jeunes aider les autres. C'est une valeur énorme pour eux. Pour la nouvelle génération, il semble que le service soit la nouvelle porte d'entrée. Ils se soucieront plus du service que de l'adhésion. Ils veulent faire la différence en répondant à des besoins réels. J'ai découvert qu'ils aiment les expériences pratiques. Et, ils n'ont généralement pas peur de se salir les mains.

Soyez authentique avec eux

Les jeunes peuvent repérer les phonies. Faites-leur voir que vous êtes réel. Les valeurs culturelles authentiques et transparentes ont été admirées toute leur vie, elles n'accepteront donc rien d'autre. Soyez honnête avec eux à propos de vos lacunes, de vos défauts et de vos peurs. Laissez-les apprendre de vos erreurs et des choses que vous avez bien faites.

Les jeunes veulent sentir qu'ils sont aimés, même lorsqu'ils se trompent. D'après mon expérience, les jeunes veulent un endroit sûr pour être transparent et ils veulent que vous les aimiez même lorsqu'ils font des choses et croient des choses que vous n'approuveriez pas. Si vous voulez avoir l'occasion de parler de leur vie, ils doivent savoir que vous vous souciez vraiment d'eux.

Les jeunes veulent une direction et ils veulent apprendre de votre expérience. Si vous parlez du concept de mentorat, ils sont dedans. Si une personne plus expérimentée est prête à investir en elle, elle écoutera. C'est une énorme opportunité pour l'église d'atteindre une nouvelle génération.

Ce sont quelques-unes de mes observations. N'hésitez pas à ajouter le vôtre. Il y a tellement de choses qui attirent l'attention de nos jeunes ces jours-ci. Les opportunités qui s'offrent à eux sont illimitées. Et, franchement, l'église n'est qu'une petite option pour la plupart d'entre eux. Nous devons être intentionnels et stratégiques si nous voulons les atteindre.

Articles Similaires

Abonnez-vous à RonEdmondson.com et recevez 50 choses que chaque planteur d'église devrait savoir.

Auteur Ron Edmondson

Rejoignez le débat 44 commentaires

Je suis d'accord avec vous que les églises devraient toujours valoriser les idées des jeunes parce que ce serait un moyen important de leur faire sentir que leur voix compte pendant que les personnes plus âgées dans l'église essaient de les guider dans leur croissance. Ma famille déménagera dans une banlieue plus tard cette année, il faudrait donc un certain temps pour s'adapter. Peut-être que trouver une église familiale peut nous aider à mieux nous intégrer dans la nouvelle communauté.

Pièce impressionnante - ce lieu de les aimer m'a touché. plusieurs fois, j'ai supposé qu'ils étaient adultes et qu'ils devraient savoir ce qui est bien et mal. Vous m'avez mis au défi de les écouter.

C'est une excellente liste pour commencer. Nos esprits se tournent souvent rapidement vers la grande tension entre ce que veulent nos personnes âgées et ce que veulent nos jeunes. Il existe des formes plus anciennes qui honorent nos personnes âgées et sont plus confortables pour elles. Parce que notre culture a changé rapidement ces dernières années, il existe de nouvelles formes qui résonnent plus facilement avec notre jeunesse. Il y a un sens dans lequel nous devons embrasser les deux. Mais cela rend également difficile pour les personnes âgées qui ont gagné la bataille dans leur église et résisté aux nouvelles formes culturelles de perdre par la suite la communion de la génération suivante et la possibilité de les aider à mûrir dans la foi.

Ce qui est difficile à comprendre, c'est que l'Évangile transcende la culture humaine. Ce principe est l'un des facteurs les plus importants qui l'ont fait se répandre si rapidement dans l'empire romain au début. L'empire était culturellement pluraliste. La vérité de l'Évangile vient avec une variété de métaphores bibliques, sans parler des métaphores extra-bibliques acceptables qui sont capables de rendre l'Évangile compréhensible dans n'importe quel contexte. Mon esprit va toujours à Peace Child de Don Richardson, où il a finalement trouvé l'explication culturelle de l'Évangile au peuple Sawi dans un acte des plus dramatiques de rétablissement de la paix sacrificiel.

De la même manière, les générations plus âgées de chrétiens doivent apprendre à répandre l'Évangile dans les jeunes générations de personnes sous les formes qui ont le plus de sens pour les plus jeunes. Cela doit être fait de manière à ne pas compromettre l'Évangile tout en appelant les plus jeunes à ce qui transcende à la fois la culture ancienne et la culture plus jeune afin qu'ils apprennent à faire de même lorsqu'ils vieilliront. La clé est d'utiliser différentes cultures, non pas pour être à l'aise, mais pour communiquer l'Evangile de toutes les manières possibles.

Belle réflexion comme toujours

Le problème est que les chrétiens ne savent plus vraiment ce qu'est l'Église. Nulle part dans la Bible, il n'est dit que c'est un "lieu" où vous allez plutôt. L'Église est le Corps du Christ (un "Qui"). #8211quel que soit l'âge. Nos enfants doivent comprendre qu'être une Église, c'est être dans une relation quotidienne non seulement avec Jésus mais aussi avec d'autres croyants. Je pense que cela nous a manqué dans notre culture. http://www.calhounbelievers.com

[…] 5 façons d'attirer les jeunes à l'église par Ron Edmondson […]

Je suis d'accord avec une affiche ci-dessus dans une certaine mesure sur le fait de ne pas regrouper tous les jeunes. Il n'y a que quelques autres personnes de mon âge, et il semble qu'on s'attende à ce que nous nous regroupions ou quelque chose du genre. Ce n'est pas parce qu'une personne est plus jeune qu'elle veut uniquement s'identifier à des personnes de son âge. En ce qui concerne le jeune couple de mon église, je trouve qu'il y a juste d'autres personnes dans la congrégation avec lesquelles je me connecte davantage sur le plan des intérêts et de la communication qui ne sont totalement même pas du même groupe d'âge que moi. Je pense qu'il peut s'agir (au moins dans mon cas) de trouver un terrain d'entente avec d'autres membres, comme dans les intérêts, etc. L'âge peut être une question de terrain d'entente, mais je pense qu'au fond, la plupart d'entre nous définiraient notre essence et qui nous sommes plus à voir avec les attributs intérieurs. L'âge peut être un point de départ, mais ce n'est peut-être pas un lieu de profondeur ou où nous trouvons une connexion significative.

Vous avez raison. Il est impossible de mettre tout le monde dans une catégorie. Le sociologue continue de catégoriser les générations, et cela nous aide à les comprendre, mais chacun est unique

Je suis désolé que vous ayez eu cette expérience. Nous avons fait de la publicité pour des étudiants en échange plusieurs fois dans notre église. Peut-être que vous avez essayé la mauvaise église.

Pouvons-nous imprimer votre article dans notre bulletin paroissial ? Merci

Oui. Absolument. Veuillez simplement indiquer d'où il provient. Dieu vous protège.

Je ne peux pas parler pour les autres. Mais l'église n'a rien à m'offrir. Que voudrais-je qu'une église soit ? Je voudrais une communauté de soutien où je peux avoir des amis et où je pourrais apporter les choses que je peux et où les gens se soucieraient de moi.

Mais au lieu de cela, tout ce que j'ai trouvé dans les églises, c'est un groupe de gens étroits d'esprit, critiques, égocentriques, tendus, tournés vers leur petite communauté. Ils n'ont pas le cœur ou l'esprit ouverts.

Voici un exemple, j'essayais de trouver des familles d'accueil pour seulement deux semaines pour quelques étudiants en échange. J'ai contacté les églises locales pour voir si des membres seraient prêts à accueillir un étudiant pendant deux semaines (d'un pays qui a peu de chrétiens donc c'est l'occasion d'initier les enfants au christianisme) et les églises n'ont pas simplement refusé d'avoir quoi que ce soit à faire avec l'hébergement, les églises ont même refusé de publier des informations ou de passer le mot afin que leurs membres puissent décider s'ils voulaient héberger ou non. Ils ont juste dit que leurs membres étaient trop occupés par leur propre vie pour être dérangés en ayant un invité dans leur maison. Eh bien, comme ils sont généreux et charitables. Combien dévoué à répandre la parole de Dieu.

Le christianisme n'est plus une religion chaleureuse et bienveillante avec l'esprit d'attirer de nouveaux convertis. Les chrétiens américains modernes semblent être pour la plupart des gens froids et méchants, égoïstes qui ne pensent qu'à eux-mêmes et à leur petit groupe. Moche, moche, moche. Cela m'a beaucoup rappelé pourquoi je ne vais pas à l'église.

Pourquoi voudrais-je aller à l'église ? Je peux prier tout seul. Pourquoi voudrais-je aller aux services et être entouré de gens méchants et coincés ? Bien sûr, ils pensent qu'ils sont des gens merveilleux s'ils le disent eux-mêmes. Cela fait partie de leur système de croyance qu'ils sont si merveilleux, gentils et justes. Mais ils ne le sont pas. Leurs actions parlent d'elles-mêmes. S'ils étaient l'une des choses qu'ils pensent être, alors les jeunes ne quitteraient pas l'église en masse.

Dans dix ans, la plupart des cheveux blancs actuels seront dans leurs tombes, et qui sera sur les bancs ? Je suppose que de nombreuses églises vont être vides. Il est facile de comprendre pourquoi les gens ne vont pas à l'église. Je ne vois pas pourquoi quelqu'un s'en soucierait.


Les maisons de « Gatsby » : questions-réponses avec la décoratrice Catherine Martin

La bande originale du 21e siècle du remake éclaboussant de Baz Luhrmann de "The Great Gatsby" peut être un casse-tête, mais les fans de design ne peuvent pas chicaner avec les décors d'époque créés par la décoratrice Catherine Martin.

"Le téléphone a sonné sans arrêt", a déclaré Frank Pollaro, un fabricant de meubles sur mesure réputé pour ses reproductions de dessins de l'âge du jazz. "Les gens tombent à nouveau amoureux de l'Art déco."

Pollaro, qui n'a pas été impliqué dans la production du film, n'est pas le seul à noter à quel point la conception d'époque du film a réussi à susciter l'enthousiasme. L'apparence du décor du film est enracinée dans les recherches historiques approfondies de Martin, qui l'ont emmenée à travers les vieux manoirs de Long Island et au-delà, sans parler des pages du roman de 1925 de F. Scott Fitzgerald.

Martin, qui a remporté deux Oscars pour la conception de la production et la conception des costumes de "Moulin Rouge", a parlé avec L.A. at Home des maisons de "Gatsby": ce qui était réel, ce qui a été imaginé et où elle a obtenu ces fabuleux meubles et arrangements floraux.

La place de Gatsby ressemble à un château de Disneyland. C'est quoi l'histoire?

Il s'agit en fait de St. Patrick's, un ancien séminaire de Sydney [Australie]. Nous avons mis du faux ivoire sur les deux premiers étages et amélioré numériquement les tourelles. Il y avait des palmiers devant qu'il fallait enlever et replanter, et nous avons construit une fontaine.

Les intérieurs ont certainement un glamour sans argent.

J'ai regardé beaucoup de manoirs du début du 20e siècle sur la rive nord de Long Island pour m'en inspirer. Nous avons installé un grand escalier inspiré de celui de La Selva, une villa italienne construite à l'adolescence. Et nous avons fabriqué et fraisé tous les sols, y compris un monogramme Gatsby en marqueterie dans différents placages de bois. Dans la salle à manger de la maison Buchanan, nous avons fait fabriquer du papier sur mesure à partir de DeGournay. Il a été peint à la main sur dupioni de soie et a pris trois semaines pour créer. Si vous allez dans les vieilles maisons de Long Island, vous verrez du papier peint chinois peint, qui était grand au 18ème siècle. Tout au long de l'histoire, des familles notables et établies ont toujours essayé de se lier au XVIIIe siècle.

Le film a non seulement des tapis anciens mais aussi des tapis Art déco qui semblent énormes. Étaient-ils personnalisés ?

Absolument. J'ai créé une collection Deco pour Designer Rugs en Australie, et heureusement pour moi, ils ont pu faire de très grandes versions en très peu de temps. Les ovales de la salle à manger et du salon Buchanan, inspirés des motifs de phénix chinois et des bijoux en perles, mesuraient 290 pieds carrés chacun. Ils peuvent également être commandés dans des tailles standard et personnalisées et expédiés dans le monde entier.

Comment êtes-vous arrivé à la conception de la chambre principale à deux étages de Gatsby?

Le reste de la maison a des meubles en argent ancien avec des touches Art déco en argent neuf. Cette chambre est totalement dans l'air du temps. Les références pour le mobilier sont Emile Jacques Ruhlmann, pionnier de l'Art Déco en France. Les murs sont un clin d'œil au design du hall de Philippe Starck à l'hôtel Delano à Miami.

Quelle a été l'inspiration pour ces sprays floraux scandaleux dans la maison de Gatsby?

J'ai regardé les intérieurs réalisés par Elsie de Wolfe, mais l'influence principale était Constance Spry, probablement la fleuriste la plus célèbre de Londres dans les années 1930 et l'une des préférées de la duchesse de Windsor. Pour son époque, elle était extrêmement sauvage et surréaliste, ajoutant des feuilles de chou et des éléments inattendus du jardin de campagne aux arrangements. Nous avons choisi de mettre un nombre ridicule de fleurs, notamment d'orchidées, car cela aurait nécessité des serres et représenterait l'extraordinaire richesse de Gatsby. Constance Spry a été l'une des premières personnes à mettre des fleurs dans des urnes, des cygnes en céramique et d'autres récipients inhabituels, mais ses arrangements avaient tendance à être un peu moins remplis. J'ai choisi d'outrepasser un peu son style et de compléter les arrangements. L'œil moderne ne comprendrait pas un look d'époque aussi délibéré.

L'appartement de Harlem de la maîtresse de Tom Buchanan a également un côté vertigineux. Comment y êtes-vous parvenu ?

J'ai travaillé avec Karman Grech, qui a des livres d'échantillons de papier peint originaux des années 1920 et a fait reproduire un floral avec beaucoup de rouge et de rose. Dans le livre Fitzgerald, il est dit que le canapé est recouvert de quelque chose qui ressemblait à la peinture du 18ème siècle d'une fille dans une balançoire de Fragonard. Nous l'avons donc imprimé numériquement sur le tissu d'ameublement. C'était difficile à décrire pour Baz, mais quand il a vu le tissu et le papier peint, il a dit: "Je suis totalement à bord."


Le guide de recettes Great Gatsby : 10 aliments de fête inspirés des années folles

Les années folles seront sans aucun doute le thème de nombreuses fêtes estivales cette année, car la sortie du film The Great Gatsby permet à tout le monde de renouer avec ce roman classique qui incarne l'une des périodes les plus fabuleuses de notre histoire. Quand la plupart des gens pensent aux années 1920 aux États-Unis, ils pensent aux clapets, à la prohibition, aux gangsters et au jazz. Ce que les gens oublient souvent, ce sont les grands progrès de la cuisine maison et du développement de recettes au cours de cette période. Une liste complète des plans de régime les mieux notés peut être consultée lorsque vous cliquez sur le lien ici.

La disponibilité du pain tranché, des réfrigérateurs et d'autres aliments prêts-à-servir qui sont obsédés aujourd'hui a aidé (principalement) les femmes à passer 44 heures par semaine dans leur cuisine à préparer les repas. En 1965, les femmes ne consacraient que 25,7 heures par semaine à cuisiner, et des recherches menées en 2021 ont révélé les femmes d'aujourd'hui ne passent que 13 heures par semaine sur toutes les tâches ménagères.

Si vous prévoyez d'organiser une fête de Great Gatsby cet été, vous voudrez bien sûr vous habiller, mais la nourriture peut jouer un rôle majeur dans l'élaboration du thème. Si la santé est votre objectif, respectez les recettes que nous partageons. Mais si l'authenticité est le plus important, vous apprécierez les versions maison et saines de bon nombre de ces aliments transformés qui sont toujours populaires aujourd'hui.

L'alcool a été interdit pendant une grande partie des années 1920 au cours d'une période connue sous le nom d'interdiction, mais cela n'a pas empêché l'alcool de couler. L'Old Fashion, un cocktail acidulé à base de whisky, était une création de cette décennie que l'on lève encore un verre aujourd'hui. Les invités célébreront facilement avec cette version égayée avec des myrtilles fraîches et un sirop simple Truvia. Découvrez quels régimes ont été classés comme les meilleurs lorsque vous suivez le lien ici.

Considéré comme une création de l'hôtel Waldorf Astoria pendant les années folles, ce gâteau riche connaît un peu une renaissance moderne en popularité. Cette recette plus légère demande du colorant alimentaire, mais vous pourrait utiliser du jus de betterave tout comme ils l'ont fait pendant les rations de la Seconde Guerre mondiale quelques années plus tard. Le fromage à la crème était également très populaire dans les années vingt, alors assurez-vous de faire le glaçage ! Pour lire une liste des meilleurs régimes alimentaires, cliquez sur le lien ici.

En parlant de Waldorf, l'une des salades les plus célèbres à ce jour est la salade Waldorf. L'original, créé à la fin des années 1800, contenait de la mayonnaise, des pommes et du céleri. Puis, dans les années 1920, sans doute grâce à la plus grande disponibilité de produits frais, des noix et du raisin ont été ajoutés. Vous pouvez prendre ou laisser le poulet dans notre version modernisée.

L'avènement des aliments en conserve, comme le thon, a permis une plus grande disponibilité de plus exotique aliments à la ménagère moyenne. Combinez cela avec la popularité des sandwichs au doigt pendant les années vingt, vous aviez la recette du succès. Vos invités de Gatsby’d apprécieront certainement des plats plus légers comme celui-ci pendant qu'ils dansent toute la nuit. Une liste complète des meilleurs plans de régime peut être lue dans le lien ici.

Les aliments en conserve signifiaient également des boîtes pleines de fruits, ce qui signifiait que l'ananas était plus facilement disponible que jamais. Le gâteau renversé à l'ananas est devenu un favori des années 20. Healthy-Delicious.com a créé une version miniature, ce qui rend ce dessert parfait et le contrôle des portions.

Autre retour à la popularité des amuse-gueules à cette époque, l'œuf à la diable était un aliment de base pour les réunions. Désormais réservée aux barbecues en famille et aux pique-niques, cette nouvelle façon de déguster l'œuf était considérée comme tout à fait appropriée à l'époque, parfois même agrémentée de caviar. Découvrez quels régimes ont été classés comme les meilleurs lorsque vous suivez le lien ici.

Les barres chocolatées Baby Ruth and Reese's Peanut Butter Cups ont été inventées dans les années 1920 et sont toujours l'une des friandises les plus sucrées qui soient. Nous adorons que Katie enrobée de chocolat ait concocté une version maison qui contient 55 calories et zéro gramme de sucre (contre 180 calories et 16 grammes de sucre).

La société Hostess Cupcake a commencé à emballer des pâtisseries à la fin des années 1920, et encore aujourd'hui, ces petits gâteaux de collation sont un favori américain. Pensez à préparer notre version des biscuits sandwich à la crème d'avoine comme cadeau d'adieu pour vos invités. Vous n'avez pas à leur dire que c'est végétalien, car ils ne goûteront jamais la différence. Découvrez quels régimes ont été classés comme les meilleurs lorsque vous suivez le lien ici.

Kool-Aid était destiné aux enfants cool il y a près de 100 ans, lorsque ce mélange de boisson nostalgique est devenu disponible. Aujourd'hui, c'est un mélange plutôt toxique de colorants qui se combinent avec plus de sucre transformé pour une boisson que personne n'a vraiment Besoins. Si vous voulez une boisson désaltérante sans alcool qui rappelle l'époque, offrez notre eaux infusées aux fruits a essayer, cette version disponible chez Fit Bottomed Eats. Une liste complète des meilleurs plans de régime peut être lue dans le lien ici.

Les enfants du monde entier devraient célébrer 1923 et 1928 pour l'introduction de la gelée de raisin Welch et du beurre de cacahuète Peter Pan, respectivement. Combinez ces deux aliments réconfortants dans un biscuit délicieux de Marisa Churchill pour une fête sans culpabilité. Pour encore plus d'informations sur les régimes, cliquez sur le lien ici pour voir lesquels ont été classés comme les meilleurs.


Mercuria, le ciel d'or, deuxième couche du mont Celestia

Je vois que vous avez gravi la première couche du mont Celestia, Lunia, et passé l'épreuve du gardien Archonte gardant la porte d'argent. Bienvenue à Mercuria, le Golden Heaven, la deuxième couche du mont Celestia ! Je suis sûr que vous vous posez de nombreuses questions sur la façon de grimper plus loin et où se reposer maintenant.

Mes joueurs ont passé environ une session sur cette couche, qui est plus courte qu'elle ne le mérite, mais ils essayaient de fuir le regard de Bahamut. Néanmoins, voici beaucoup plus d'informations qu'ils n'en ont trouvé.

Mercuria est la deuxième couche du bon plan légitime du mont Celestia. L'avion suppose que n'importe qui essaie de grimper jusqu'à la couche la plus élevée, où règne la félicité suprême. Chaque couche défie les grimpeurs d'une manière différente et a des attentes différentes. Mercuria est chargée d'histoire : statues, monuments commémoratifs, écritures, etc., et attend des grimpeurs qu'ils étudient et apprennent de ceux qui les ont précédés. À travers ceux-ci, la couche vise à impressionner l'humilité et le désir d'imiter courageusement de grands héros chez les grimpeurs. Comme tout le mont Celestia, il est gouverné par et principalement occupé par les Archontes, mais contrairement au reste de la plante, il est également surveillé par Bahamut, le dieu des dragons métalliques, et son hôte de Radiant Dragons.

Mercuria a beaucoup en commun avec Lunia. Comme vous vous en souvenez probablement de votre ascension de Lunia, toute la couche est une montagne qui monte dans les nuages. Quel que soit l'endroit où vous vous trouvez dans l'avion, le sommet brillant de la montagne perce les nuages, vous montrant le but ultime de l'avion, la cible de toutes les ascensions, même si cela prend des années et des années à atteindre. Comme Mercuria est plus haut que Lunia, la lumière brille plus clairement. Alors que Lunia était faible, donnant à l'océan environnant une lueur argentée, à Mercuria, elle baigne tout d'une lueur dorée comme un lever de soleil. Cela, et la quantité d'or sur la couche donne à Mercuria son titre.

Contrairement à Lunia, qui est en fait relativement stérile, Mercuria montre des signes de vie naturelle. Les pentes sont encore raides et rocheuses, mais interrompues par des arbres, des arbustes et des vallées herbeuses. De petits animaux sillonnent les sentiers, tandis que les oiseaux gazouillent les archontes volants au-dessus de leur tête.

L'aspect vraiment remarquable du paysage ne sont pas des caractéristiques naturelles, mais les nombreuses statues dorées, monuments commémoratifs, mausolées et monastères. Le palais de Bahamut, un chef-d'œuvre d'art en or, abrite le dragon de platine lui-même.

Comme avec Lunia, le but ultime de Mercuria est de grimper, mais les grimpeurs de cette couche prennent leur temps, trouvant leur propre chemin entre les mémoriaux et le sommet. It is possible to make a dash for the top, but you may find your path slowed and interrupted by statues depicting lessons to be learned before the climb is complete, and the journey will appear to take much longer than a direct route would appear. Those who rush also draw attention from Bahamut's dragon minions, who casually watch over the layer in conjunction with Domiel, who is described in further detail below.

While climbing Mercuria, you'll find the landscape dotted with statues and memorials to the great heroes of the past. Most are not especially ostentatious, built as they are mostly of white stone and marble, but the golden glisten of the sun on this layer makes them appear to be made of gold. At the base of each statue, and at the front of each memorial and mausoleum, is a plaque that shows the name and deeds of the hero being remembered. Around the base, a more detailed life story is displayed. It is typical for climbing pilgrims to stop at each one, read the story, and meditate on the lessons that can be learned by it. Some pilgrims have favorites they return to frequently, dedicating a hero as a role model for their spiritual growth.

Most monuments are dedicated to beings who demonstrated great heroism, bravery, and mercy, but not all of them made it to Mount Celestia. In fact, the fates of the plane will steer the spirits of heroes away from their own monuments, should they have one, so no one is tempted by the pride of one's accomplishments so represented. This is one of the only times this layer of the plane will rearrange itself for an individual.

Some adventurers will come to Mercuria just to seek out a specific memorial if they need to research the deeds of ancient heroes, such as needing to locate an item that hero once used, or to try to identify the weakness of a monster long ago bound but never destroyed. The easiest way to locate a specific monument out of the thousands across the layer would probably be to stop by one of the monasteries on the layer.

On Mercuria, there are no major towns or cities full of local color. Instead, travelers and locals gather in monasteries, which serve the same purpose. Each complex contains free dormitories, open to any, with common areas to store personal belongings, dispensaries for necessities, and, dominating most of the space, large libraries full of tomes and scrolls, both new and ancient, but primarily focusing on religious and philosophical matters. Here, travelers who don't want to travel across the landscape to learn from their ancestors instead congregate to read and debate. If you enjoy a good debate, or a thoughtful read, these libraries are the places for you. If you're trying to research arcane matters, or to learn profane secrets, you might want to ask around Sigil instead.

Now, I say that there are no major towns or cities, but I'm of course neglecting Bahamut's palace. Somehow visible from anywhere on the layer, it flies far overhead and glitters like a cloud of gold and platinum. It is said that Bahamut and his radiant dragon attendants watch down on Mercuria as proxy defenders, should any evil creatures make it past the Warden Archons guarding the passage up. But, while the Archons form a physical guard against the forces of evil, the mere sight of Bahamut's realm above often reminds those considering evil that they are being watched, and can quell unsavory urges early.

Travelers up the slopes of Mercuria should also be warned that it is common to take one's time climbing, seeing the sights and learning the lessons. Anyone spotted bee-lining it to the top will draw the attention of the radiant dragons, who may stop by to interview these rapid climbers. Surely, anyone with that much drive is either up to something nefarious, or has a truly urgent mission. Either way, the radiant dragons will be interested.

Don't worry, I'll introduce you to the radiant dragons more formally in a moment.

Before moving on to the next layer, Venya, travelers must prove themselves to a Warden Archon, an armor-wearing bipedal bear angel, as they must to progress through any layer. All Warden Archons have their own trials for travelers, but in Mercuria, they are all themed after the lessons travelers are expected to learn from the monuments, and aimed to prevent people who would interrupt the peace of Venya from progressing. As such, many of the trials require travelers to show that they have learned lessons from the ancestors, and that they respect that others have their own stories to tell.

As I've mentioned while describing Lunia, most of the inhabitants of Mount Celestia are either Archons or other planar climbers seeking apotheosis, especially aasimar, or sometimes even a tiefling or repentant devil. Most of the Archons in Mercuria are Hound Archons, but a few Lantern Archons, who primarily reside in Lunia, make it up to Mercuria before being promoted to Hounds. Flying Archons, like Sword or Trumpet Archons, will sometimes travel to Bahamut's palace to consort with the radiant dragons, but they don't often touch down, unless to deliver messages to the Throne Archons who mostly operate the various monasteries across the slopes.

Hound Archons represent some of the greatest growth potential for an Archon. They have matured to a physical form after being a Lantern, and in that form they can grow strong and train more diligently than even a dedicated human could. Once they are promoted, their physical growth tends to stagnate, as they will gain duties which occupy their time, like the guard duty of a Warden Archon. So if you meet a Hound Archon on the road up Mercuria, or meditating at a shrine or monument, don't look down on them as a lesser Archon, but consider them as angelic forms of the most wise and respected human Monk or Cleric. You have no idea how long they have been learning and training here, and what stage they are on in their personal growth and their climb.

Archons must develop their righteousness to be promoted from one form to another, starting at Lantern, then to Hound, then either to Warden or Sword, then Trumpet, and Throne. Climbers, whether Archons or not, must prove that they’ve learned the lessons of the layer, for each layer, so there are Archons of almost every type in every layer. In particular, Throne Archons - giant gold-skinned angels with gold swords, almost as adorned in floating scrolls as they are in the Archon-typical shining plate armor - act as the governors of all of Celestia’s towns, cities, and in the case of Mercuria, monasteries. Dolmiel, the Mercy-Bringer - second of the Hebdomad which governs the entire plane - rules the entire layer, enforcing a quiet, meditative atmosphere, an.

If Mercuria is your final goal, you’re either here for some ancient lore, or you're probably here to visit Bahamut's palace.

Bahamut's divine realm consists of his massive flying palace, staffed by his Radiant Dragons, the ultimate angelic form of the metallic dragons who worshipped him in life. Though it spends most of its time in the skies of Mercuria, it travels freely between the first three layers of Mount Celestia.

The palace lives up to Bahamut's title as the Platinum Dragon. The walls, floor, and ceilings are all forged from the silver, gold, and platinum which his servants dedicated to him in their lifetimes. The walls are all draped with the most gorgeous, priceless tapestries and gold-rimmed paintings. It is said that the only treasure hoard that contests Bahamut's is, obviously, Tiamat's. While Tiamat keeps all of her wealth in her own inner sanctum, and guards it personally, Bahamut uses his to decorate his palace, and shares it equally with his draconic attendants.

The visual glory of Bahamut’s palace even extends to his draconic host, the Radiant Dragons. All worthy dragon souls join Bahamut as radiant dragons, regardless of their original metal, though they may retain their previous personalities, which are typically related. Radiant dragons are fearsome watchers, surveying the travelers of Mercuria from the skies and Bahamut’s palace, but they rarely interfere. You might think a gold or silver dragon’s scales glitter in light like tiny stars, but radiant dragons themselves emit light, as their name implies. In the endless day of Mount Celestia, it may be hard to see this radiance, but none of the vaulted chambers, pseudo-lairs for radiant dragons, need light, since their occupants provide all the light necessary.

Occasionally, a climber, whether an Archon or a mortal, will draw attention to themselves. The only requirement to entering Mercuria is to be able to pass the trial to leave from Lunia, which typically only eliminates individuals who would rather cut down others to help themselves. While Lunia challenges climbers to show certain Lawful Good traits, the radiant dragons challenge climbers to take their time and show dedication. Climbers who show disdain for the monuments that fill Mercuria, typically by rushing past them to reach the next layer, draw the attention of the radiant dragons.

Radiant dragons are much more diplomatic than material dragons, and when they approach climbers, their radiant forms are almost as imposing as their dialogue. Though they have no official bearing in the hierarchy of the Archons, or the governance of the Hebdomad, they still feel responsible for judging climbers who catch their attention, typically by an interview to determine if they have good reason for ignoring the lessons Mercuria has to teach. Should it come down to it, their breath, unlike the elemental forms of material dragons, is pure light, either blinding or immobilizing instead of damaging, so that they can continue their inquiry.

Radiant dragons have famously good memories, so they will ignore fast climbers who have climbed before. Travelers to Mercuria often seek lost knowledge from the memorials, but it may take time to find them. Clever travelers might seek out the wisdom and memory of the radiant dragons to help them locate the proper memorial or monastery. Ambitious travelers might try to travel up to Bahamut’s palace to consult with the radiant dragons in their home, or even to have an audience with an avatar of Bahamut, but such ambitious travelers are rarely successful, unless they can convince a radiant dragon of the necessity of their mission.

Bahamut himself is sometimes considered the god who most often interacts with mortals on the material plane, appearing as an old man with seven tamed canaries. In his home, however, those tamed canaries are his seven closest Radiant Dragons, who conduct most of the affairs of his divine realm. Though, in his guise as an old man, he interacts freely with the populace of the material plane, in his home, where his divine form truly lives, he is much more isolated and unapproachable. Nevertheless, followers, clerics, and petitioners of his make the attempt to ascend to the Palace to gain his favor.

First of all, I have included stats for Archons in 5e in my post on Lunia

If the players’ goal lies beyond Mercuria, on a higher layer, then this layer will probably seem like a pass-through area. To add weight to the layer, the radiant dragons will attempt to prevent travelers from completely ignoring it. This could be an interesting opportunity for a social encounter, even a type of skill challenge, or at least an opportunity for the players to prove to you that they understand the plot and can convince an npc of the urgency of their quest.

Should you need the statistics for a Radiant Dragon, use the statistics for an appropriate-aged Silver dragon, with +1 AC, exchanging Stealth proficiency with Insight, Cold immunity for Radiant immunity, and without the cold breath attack. The mechanism of paralyzation for the paralyzing breath is a radiant shockwave which also blinds, but is otherwise the same as the silver dragon’s.

The angelic planes tend not to be as immediately inspiring for DMs as the hellish ones, but there are plenty of reasons to want to come to Mercuria:

A weapon or tool of great importance has been lost to time, but its famous crafter/wielder has a monument in Mercuria, which reveals its history and last known resting place.

An Item of Legacy has been found by the players, though it is somewhat inscrutable. By learning its history, one can unlock greater powers. Either a memorial, or the radiant dragons knows about the history of it. (Items of Legacy are items which grow in power with the players, but require something to unlock, typically knowledge of its history and powers, taken from the 3.5 edition book Weapons of Legacy, also like the Vestiges of Divergence from Critical Role)

A cult has released an evil being from a millennium of imprisonment, and only a certain ritual from an ancient counter-cult or religious group can re-imprison it. The ritual is inscribed in a religious tome which has been lost to time. Luckily, the monasteries of Mercuria are a repository of lost religious tomes, and the Archons who reside in them are adept at interpreting the ancient languages, though they would rather study and debate the true meanings of the texts than the practical applications.

A metallic dragon has gone missing, causing all kinds of local problems, and as they say “The Lord only knows where it went,” so they players must to go the dragon’s Lord and ask Bahamut, or his radiant dragons, where it went.

A war is brewing. An alliance of chromatic dragons threatens the world/nation/city. Who better to help defeat whatever trouble Tiamat has been brewing than Bahamut. But if Bahamut himself comes to help in this time of trouble, that might just be the opportunity Tiamat has been looking for to take over his platinum palace. The players must gain Bahamut’s boons to challenge the dragons and put them in their place, possibly on radiant draconic mounts! A magical item or ritual requires the glowing scales from a radiant dragon. Seek one out, kill it or steal some scales some other way, and get out quickly! You may be blacklisted by Bahamut’s followers, but certain characters may not mind.

Most of these have the players seeking out information or boons that they could conceivably find elsewhere, at least from a DM’s perspective. Why have the lore be in an angelic library when it could be in a dangerous dungeon? Well, of course, traveling to a heaven has a very different feel than dungeon delving, with very different expectations. Only heroes of great fame and distinction can make it into heaven before their time, and the information there is guaranteed to be the best. An angelic adventure will have a more epic feel, with more mythical worldbuilding, but also encounters will tend to be on the social side. There are always opportunities for combat, of course.

I have found that, to show the ideals of a celestial plane or layer, it can be most effective to use the negative space of the layer, i.e. to introduce something that doesn’t belong, or is clearly opposite to the ideals.

Here are some possible encounters:

A debate has risen among two camps of Hound Archons arguing for different interpretations of an obtuse religious text. To make it worse, it has the risk of rising to violence, which is unacceptable, and will surely be a blot on their righteousness. The other monks are worried on their behalf, so they ask the players to step in and moderate or offer their own ideas. They have a few lines quoted at them, then are asked their opinion. It’s up to you if a serious answer will quell the debate, or rile it up, requiring a physical intervention. A sarcastic answers might be taken as serious, or they might demand a challenge of an intelligence check to make it sound feasible. They may need to find the Throne Archon who governs the monastery to intervene.

An ascetic Hound Archon is meditating at a statue. It sighs as the players leave, or when someone comes to join it or look over its shoulder, and rises to address them. The story told by the plaques around the statue tell of a great, noble warrior. The hound archon would like to duel one (or all) of the players to try to emulate the distinctive style adapted by this ancient hero. After the battle, it may come out that the person in the statue was the Archon in life, or the Archon’s old teacher in life. For this, perhaps use some unusual techniques, maybe giving it the monk’s Patient Defense or some kind of “controlled” rage.

As mentioned above, if the players rush through the layer, they will be stopped by a radiant dragon who wants to know what the rush is about. They will have to convince it, flee, or even defeat it, though that would counter the purpose of Mount Celestia.

As above, but possibly another climber is rushing up, and the players meet them just as a radiant dragon comes to interrogate them.

Something is happening somewhere else, of a dangerous or chaotic nature. A Throne Archon is in a rush, but needs a message delivered, and stops by the players to deliver it for them. Any opportunity to introduce the players to a Throne Archon is impressive. Up until now, they will probably just have seen the lower tiers of Archon. The Archon can emphasize that doing a favor for them carries significant weight in Celestia. Alternatively, a lower Archon wants a message delivered to a nearby Throne Archon, or needs reinforcements from one to stop a violent outburst from an unworthy climber or group of such.

I found coming up with the details of memorials on the spot surprisingly hard after the first or second. I would recommend coming up with some inspiration beforehand. Rather than listing plaques, here are some sources for inspiration:

If there is something the players want, or aren’t sure is possible, you can describe someone who got or did the thing, with some description of how, so they know where to start if they want to do it themselves. For example, if they want an airship, you can describe how someone assaulted and captured an airship pirate crew and took the airship for themselves or their government. If there is a devil who has been a recurring thorn in their sides, maybe there is a story about a similar one being lured out and captured or defeated.

You can use stories from fantasy books, movies, or games, and describe in brief the accolades of the protagonist.

You can come up with an item, then describe how its use in defeating evil shaped its nature and gave it power.

You can describe how an honorable person somehow converted an evil being or item, or somehow sacrificed themselves to do so.

You can narrate the conversion of an evil being, and how it used its power for good once it renounced its evil ways

In a pinch, you could even theme memorials to fast food icons, for a lighter themed game: A thief who regularly stole food (hamburgers), but a friendly bard (clown) showed them friendship and help him change his ways. Someone who discovered a new technique that provided healthy meals in long sandwiches, and did his best to spread the knowledge and improve the health of his society. A Colonel who used his sword to stop a swarm of axe beaks, then fried their remains to feed the farmers whose crops had been ruined by the invaders.

Lastly, if the players wish to progress, they will have to pass the test of a Warden Archon to enter the Golden Gate. Here are some possible trials to go with the theme of Mercuria. For more, check out my entry from Lunia, the first layer:

The warden archon wants a recitation of someone who inspired each player, possibly from the memorials in the plane. Then, they are given a vision of themselves in a similar crisis to one from their hero’s history, and they must react in a similarly Good way.

They must present their weapons, and asked about their histories. Each player can either narrate its history from before it was wielded by that player, or must describe what mark they have made with their weapons, and how it helped the world. If they have done evil deeds with them, they must perform some act of restitution to redeem their weapons’ histories.

The party must duel each other, or perform some other competitive feat, with the goal of making each other appear worthy. No one is allowed to prove their own worth to progress, yet those who adequately make someone else appear worthy are the ones allowed to pass.

Join us in writing more entries for the Atlas of the Planes project, or check out the other entries for more planar lore and ideas!


4 Ways to Recreate Classic Hollywood Makeup Looks

After all, what's old is always new again eventually.

The leading ladies of classic Hollywood films have held our fascination decade after decade &mdash and though their styles change as time passes, some beauty is just eternal. If you're looking for a little classic glamour, here is how to recreate some definitive looks from the 1920s through the 1950s.

Channel the flapper flair of the 1920s with this smoky makeup tutorial that's straight from the pages of Gatsby le magnifique. Add an easy headband updo plus several strands of shimmering necklaces to maximize your look.

While thick and natural brows are the most popular style these days, everyone in the 1930s sought dark, ultra thin ones like Marlene Dietrich's. This sleepy-eyed look oozes sexiness, especially when accompanied by a glossy blood red lip.

Who isn't still totally in love with the gorgeously defined makeup of the 1940s? This look is all about exaggerating your features so the eyes look big and the lips look even bigger. A satiny scarlet mouth, cut crease eyeshadow, and large false lashes take this look to next level glamour. All you need is a beauty mark!

There's never a time when radiant, glowing skin isn't on trend. While much of the 1950s was characterized by similarly heavy makeup to the 1940s, stars like Dorothy Dandridge brought a little more modernity to their makeup routines, focusing on a soft complexion, defined brows, and a gentle smoky eye.


The Great Gatsby, Prohibition, and Fitzgerald

On her website ToriAvey.com, Tori Avey explores the story behind the food – why we eat what we eat, how the recipes of different cultures have evolved, and how yesterday’s recipes can inspire us in the kitchen today. Learn more about Tori and The History Kitchen.

F. Scott Fitzgerald circa 1920

The Roaring Twenties, the Jazz Age, and what F. Scott Fitzgerald would later describe as “the greatest, gaudiest spree in history” have all come to describe America under the influence of Prohibition. In Fitzgerald’s novel Gatsby le magnifique, we are introduced to the opulent lives of wealthy east coasters during one of the rowdiest periods in American history. How accurate is this portrait of Prohibition America, and what influences led our country into an era of drunken excess?

In the early 1920’s World War I had just come to an end. A new generation flocked from small towns to big cities in search of excitement, opportunity, and a “modern” way of living. Electronics like radios became more common, particularly in metropolitan households. Flashy new car designs rolled down city streets. Women had finally earned the right to vote, and their hard-fought equality and independence was reflected in their fashion– shorter haircuts, higher hemlines, less curvy silhouettes. Buster Keaton and Charlie Chaplin were creating names for themselves on the big screen. It was an era of change—and that change was not welcomed by all. Alcohol flowed like water in homes across the country, and drunkards filled America’s prisons and poorhouses. A powerful group of activists made it their mission to eradicate liquor in an effort to help the country return to simpler times. The movement, known as Prohibition, may well go down as one of the biggest legislative backfires in American history.

Alcohol dependence was a growing problem in the U.S. for over a century before Prohibition came into law. In 1830, American boys and men aged 15 and older drank an average of 88 bottles of whiskey per year, 3 times what Americans drinks today. Drinking wasn’t a new thing alcohol had been an important part of the American food culture since Colonial times. Americans routinely drank at every meal– breakfast, lunch, and dinner. In the early 1700’s, the most common drinks were weak beer and cider, which were only mildly intoxicating (around 2% alcohol content, compared to today’s beers which average between 4-6%). By the 1800’s, as American farmers began cultivating more grains, increasingly potent forms of distilled liquor became available, including rum and whiskey. Americans replaced weaker ciders and beers with these more potent distilled liquors. Before long, alcohol dependence became a widespread epidemic. Men lost their jobs and neglected their families, under the spell of “demon liquor.” Societies dedicated to sober living formed in several major cities. A movement began, and the groundwork was put in place for outlawing alcohol at the national level. A constitutional amendment to ban alcohol sales and production became law in 1920.

A Hooch Hound, a dog trained to detect liquor, sniffs at a flask in the back pocket of man fishing on the Potomac River.

While Prohibition was meant to eradicate the temptation of liquor, it had the unintended effect of turning many law-abiding citizens into criminals. By barring liquor from the masses, the government unwittingly made it more desirable, more fashionable, and something eager consumers had to get their hands on. Prohibition gave birth to bathtub gin, cocktails, finger food and the elusive speakeasy. If you were able to provide your guests with an endless stream of libations, your popularity was assured. Better yet, if you were brave enough to invest in the illegal bootlegging business, your fortune might very well be sealed as long as you didn’t lose your life in the process.

As the demand for illegal liquor increased, so did the methods for masking its production and consumption. Cocktails gained popularity—heavily flavored concoctions assembled to disguise the taste of potent bathtub gin with juices, herbs, sweeteners and syrups. Finger food became fashionable, which helped to increase liquor tolerance by ensuring that party-goers weren’t drinking on an empty stomach. Bootleggers, forced to produce liquor in secret, used questionable methods to ferment gin and other types of alcohol in their homes. Often poisonous ingredients, such as methanol (wood alcohol), were used. A government report from 1927 stated that nearly all of the 480,000 gallons of liquor confiscated in New York that year contained some type of poison. Jamaica ginger extract, also known as Jake, was sold in pharmacies as a headache remedy. It didn’t taste great, but it did contain high amounts of alcohol. Over time, more toxic ingredients were added that could result in paralysis, a condition often referred to as Jake Leg.

Confiscated barrel and bottles of whiskey circa 1921.

Despite the reality of the situation, overall it seemed like Americans were having a lot of fun during Prohibition. No book captures this wild and carefree time period quite like Fitzgerald’s novel Gatsby le magnifique. The character of millionaire Jay Gatsby represents the extremes of 1920s wealth and decadence. Gatsby devotes his life to accumulating riches in order to attract the attention of his romantic obsession, the lovely but spoiled Daisy Buchanan. Gatsby’s fortune is evident in the raucous parties he throws from his mansion on Long Island’s north shore. These decadent bashes, free flowing with food and liquor, represent the indulgent excesses of the “flapper” period:

“At least once a fortnight a corps of caterers came down with several hundred feet of canvas and enough colored lights to make a Christmas tree of Gatsby’s enormous garden. On buffet tables, garnished with glistening hors d’oeuvre, spiced baked hams crowded against salads of harlequin designs and pastry pigs and turkeys bewitched to a dark gold. In the main hall a bar with a real brass rail was set up, and stocked with gins and liquors and with cordials so long forgotten that most of his female guests were too young to know one from the other.”

Gatsby character represents “new money” he’s a seemingly overnight success with no known ties to family wealth. It is heavily inferred that Gatsby earned his fortune, at least in part, through bootlegging. How else could he afford his lavish parties with bottomless cocktails to spare? Daisy’s husband Tom gives voice to these suspicions during a heated argument, when he accuses Gatsby and his business partner Meyer Wolfsheim of illegally selling liquor through the drug stores they own. This fictional subplot is based in fact. For a small fee, doctors would prescribe their patients whiskey for just about any ailment, and sometimes no ailment at all. Crooked pharmacists would even sell forged prescriptions to their customers. As for Gatsby’s partner Meyer Wolfsheim, a character described as the man behind fixing the 1919 World Series, he was clearly influenced by a real gangster named Arnold Rothstein. The novel, at least in part, provides a reflection of the social issues and attitudes of the time period.

In honor of Gatsby, Fitzgerald and Prohibition, I decided to whip up a cocktail reminiscent of the time period. Gin is said to have been Fitzgerald’s drink of choice he was under the impression that its scent could not be detected on his breath. This concoction was born during the years of Prohibition, when most liquor was low-quality bathtub gin that needed plenty of masking with other flavors. The cocktail is called “The Bee’s Knees,” a cute name and a popular phrase during the 1920s. To call something the “bee’s knees” is to say that it’s top notch and grand. The etymology of the phrase is unclear it may be in reference to bees carrying pollen near the middle of their legs, or it could just be an idiom for “business,” since calling something “the business” was a similar compliment during that time period. Either way, the name represents this cocktail well, since it relies on the sweet flavor of honey to overpower the gin.

This recipe comes from a reprint of a 1934 book of cocktails called Boothby’s World Drinks and How to Mix Them. The original recipe calls for honey, which I’ve made into a syrup so that it will mix into the drink more efficiently. The Boothby’s recipe calls for 1 spoon of honey, but I’ve doubled the amount due to the fact that my honey simple syrup is diluted to half the sweetness of plain honey. Today’s gin is much smoother and tastier than bathtub gin, so feel free to cut the honey syrup in half—it will still be drinkable and the sweetness won’t be quite so overpowering.

As you sip this flapper cocktail, raise a glass to F. Scott Fitzgerald and Gatsby le magnifique, two American classics.


Gatsby’s dreams of winning Daisy for himself end in failure, just as America’s era of prosperity would come to a screeching halt with the stock market crash of 1929 and the onset of the Great Depression. By 1930, 4 million Americans were unemployed that number would reach 15 million by 1933, the Depression’s lowest point.

By 1924, when Fitzgerald wrote Gatsby le magnifique, he seems to have already foreseen the lasting consequences of America’s heady romance with capitalism and materialism. Through his novel, Fitzgerald foreshadows the inevitability that the decadence of the 1920s—what he would later call “the most expensive orgy in history” would end in disappointment and disillusionment.

“This novel is really a snapshot of a moment when in Fitzgerald&aposs view, America had hit a point of no return,” Churchwell says. “It was losing its ideals rapidly, and he&aposs capturing the moment when America was turning towards the country that we&aposve inherited.” 


Voir la vidéo: A Psychoanalysis of Jay Gatsby The Great Gatsby (Janvier 2022).